»

Le top 45 est à  Jeffreys Bay cette semaine

Michel Bourez
Michel Bourez - www.aspworldtour.com

Cinquième étape du World Tour 2009, le Billabong Pro marquera sûrement un tournant décisif dans la saison. Aussi bien pour le titre mondial que pour la requalification. Resultats du 1er tour.

La course au titre mondial est lancée et la pression va même monter d'un cran cette semaine lors du Billabong Pro J-Bay 2009. Bataille pour l'honneur, pour les points et pour le titre, tous les pros du top 45 sont surmotivés sur cette étape sud-africaine mythique. Depuis jeudi 9 juillet, on attendait le top départ et ça y est, ce matin, les hostilités ont été lancées.

Prévue initialement comme une compétition à  format traditionnel, les organisateurs ont choisi d'utiliser le nouveau format sans tour de repêchage, suite aux nombreux "lay day" de ces derniers jours. Pas le droit à  l'erreur pour tout le monde donc !

Dès ce premier jour, le round 1 a pu être bouclé, ainsi que 2 séries du round 2 dans des vagues d'1m50 sur le fameux pointbreak. Ce sont les français Picon et Boal qui ont ouvert le bal de cette 5ème étape du Dream Tour en man on man. Miky s'en sort un peu mieux que Tim et se qualifie pour un petit point (11,83 à  10,83). Malheureusement, il tombera en fin de journée sur C.J Hobgood et sera sorti pour 0,07 point. Rageant pour le landais, qui fait l'ascenseur émotionnel en une journée seulement...

Un peu plus tard, Nic Muscroft le rookie australien excellait sur les droites de J-Bay et dominait aisément l'homme des airs Josh Kerr (15,17 à  9,37). Il aura fort à  faire au 2ème tour puisqu'il aura l'honneur de retrouver Kelly Slater ! Le floridien avait mal commencé sa saison 2009, mais depuis sa récente victoire au Brésil, le revoilà  sur les rails, en route pour de nouveaux podiums : "J'ai un bon sens du line-up de J-Bay et je peux dire quelles vagues vont faire merveille. J'ai toujours eu de bonnes vibrations ici". Au vu de son palmarès (vainqueur en 1996, 2003, 2005 et 2008), Slater peut faire des étincelles.

Grosse pression des wildcards

Les wildcards ont pris les choses en main sur ce 1er tour. Le local Sean Holmes a fait vibrer les foules et s'est chargé de Dustin Barca (15,93 à  14,50). Il a tout de même scoré le meilleur total du jour avec ses barrels et ses attaques puissantes en frontside ! Au round 2, Taj Burrow connait son client et sait qu'il va devoir donner le maximum. D'autant plus que Taj a une 4ème place mondiale à  tenir, voire à  améliorer... Quant à  Heath Joske, il est l'autre wildcard à  se qualifier pour le tour suivant. Vainqueur des trials et de Dayyan Neve au round 1, il aura lui aussi la joie de retrouver l'un des favoris en la personne de Parko. Et quand on sait que c'est l'une de ses étapes préférées...

Autre gros scoreur du jour : Kekoa Bacalso, qui a sorti le grand jeu face au local Ryan Payne (15,83 à  11,00). Meilleur rookie du moment, Kekoa déclarait ce midi : "Mec tu sais c'est pas facile là -bas entre la rame et le froid. Pas de jet-ski, il gèle, mais les vagues sont démentes ! Ca c'est le Dream Tour ! Tu te cales là  dedans et tout ce que tu vois, c'est un gros mur d'eau d'où tu dois resortir. C'est vraiment cool".

Cool, ça l'a été moyennement pour Michel Bourez. Le tahitien a bien failli ne pas passer ce 1er tour. C'est seulement à  la toute dernière minute qu'il a réussi à  prendre une vague à  8,50 et s'imposer face à  Aritz Aranburu. Le basque avait pourtant pris la meilleure du jour, notée 8,83, mais ca n'aura pas suffi face au polynésien. C'était vraiment très chaud dans ce heat 13. "Je me suis dit de ne pas tuber, je me suis concentré sur les turns et j'ai fini par un énorme floater. Je suis vraiment content et j'espère décrocher un gros résultat ici". Eh oui, nous aussi, on l'espère Michel ! Verdict demain face à  Mick Fanning au round 2.

A noter la défaite de Marlon Lipke et Tiago Pires respectivement face à  Dean Morrison et Ben Dunn. Jeremy flores ouvrira les débats le premier pour la 3ème série du round 2, où il rencontrera... Dean Morrison justement.

Stay tuned !

Emilie Dalibert - Publié le