»

Shane Dorian, roi du X...XL Ride of the Year !

Shane Dorian
Shane Dorian - Tim Jones/Billabong XXL

Les Billabong XXL Big Wave Awards ont couronné vendredi soir les chargeurs Shane Dorian, Mike Parsons et Greg Long. Le tahitien Manoa Drollet décroche lui aussi son trophée, tout comme Maya Gabeira, 21 ans, la reine des grosses conditions.

Il est 4 heures du mat' en France, la majeure partie du pays est tranquillement emmitouflée sous sa couette à  rêver de vagues perdues entre cocotiers et falaises majestueuses... Tous ? Non, certains irréductibles sont une fois de plus devant leur écran d'ordinateur pour suivre en direct sur le net ce qui se prépare du côté de la côte pacifique... Cette fois-ci, c'est en Californie que ça se passe. Et c'est sur www.billabongXXL.com

Vendredi 11 avril 2008, ce sont donc 2000 chanceux qui ont rejoint le Grove Theatre d'Anaheim en Californie pour assister à  la 8ème édition des Billabong XXL Global Big Wave Awards. Généralement surnommés les Oscars du surf de grosses vagues, les XXL sont devenus en quelques années la référence du big wave riding dans le monde. Et cette saison 2007/2008 restera dans les annales avec des rides exceptionnels et des sessions d'anthologie aux quatre coins de la planète. Hawaii, Tahiti, Australie, mais aussi Mexique, Chili, Californie, Afrique du sud, et bien sûr l'Europe, les images sont arrivées en masse, toutes plus impressionnantes les unes que les autres.

Le jury avait donc fort à  faire pour départager tous ces gladiateurs défiant l'Océan et ses tourments. Un panel de 250 spécialistes triés sur le volet a tranché. And the winner is... Monsieur Shane Dorian. A 35 ans et après une très belle carrière pro sur le circuit mondial, l'hawaiien s'est fait une place au sein des chargeurs. Shane décroche le prestigieux Ride of the Year, récompensant la séquence de surf la plus chaude de ces douze derniers mois. C'est lors de la session Halloween du 1er novembre 2007 à  Teahupoo que Dorian a scellé son sort. Un drop impressionnant, une position loin d'être idéale et pourtant il se replace et tube : « Cette vague était vraiment unique. J'ai failli tomber au début, j'ai failli tomber au milieu et elle m'a finalement éjecté à  la fin ».

Pas de chance pour le local Manoa Drollet qui termine à  la 2ème place pour son ride monstrueux sur une vague de même calibre. Selon le jury, la différence s'est faite sur la maîtrise et l'expérience de l'hawaiien démontrées par cette capacité à  se replacer et aller jusqu'au bout de son ride. Le tahitien se console tout de même avec le trophée du Monster Tube et ses 5.000 $. Le brésilien Carlos Burle termine 3ème pour sa séquence à  Ghost Tree, Ian Walsh 4ème toujours pour la session magique à  Teahupoo et enfin le local de Shipstern Bluff Michael Brennan prend la 5ème place.

Sans grosse surprise, c'est la légende de San Clemente qui a raflé le trophée de la plus grosse vague surfée. On vous en parlait déjà  il y a quelques mois, Mike Parsons est le plus gros chargeur de tous les temps depuis sa vague estimée à  plus de 70 pieds surfée à  Cortes Bank le 5 janvier dernier, juste avant le Mavericks Surf Contest. Pour les non initiés au système de mesure anglo saxon, sachez que cela correspond à  plus de 24 mètres !! Et encore, les juges ont du mal à  délimiter la base exacte de la vague, c'est vous dire le monstre !! C'est donc un coup double pour Parsons qui avait déjà  remporté ce prix en 2001 pour une vague à  66 pieds toujours à  Cortes : « Je ne pensais pas qu'une session comme celle là  pouvait arriver deux fois. Cela semble irréel de me dire que j'ai ridé une vague de 70 pieds ! ». En effet, on a beaucoup de mal à  se projeter...

Le californien Greg Long a donc cédé sa place à  Parsons, mais il remporte cette année la catégorie Monster Paddle pour sa vague prise à  la rame à  Todos Santos au Mexique. C'est également lui qui rafle la récompense de la meilleure performance masculine de la saison 2007/2008. Greg est encore jeune, mais on ne parle déjà  que de lui. Et pour cause : « Surfer des grosses vagues, c'est ma passion depuis que j'ai 16 ans, et depuis ces deux dernières années, je suis complètement obsédé par ça ! ».

Qui a dit que les XXL étaient une histoire d'hommes ? Pas Maya Gabeira en tout cas. La brésilienne a été couronnée meilleure performeuse de la saison pour la deuxième fois consécutive. Elle droppe là  où vous ne mettrez sûrement jamais votre planche ! Maya surfe mieux que vous et envoie à  Tahiti, Hawaii, en Californie et au Mexique. A 21 ans, ça calme !

En conclusion, une belle soirée ponctuée d'images dantesques acclamées par la foule du thé'tre. Vous êtes toujours devant l'ordi, déjà  les premières lueurs du jour apparaissent et en allant se coucher, ce sont ces quelques mots de Shane Dorian qui résonnent encore dans les têtes : « Gagner le Ride of the Year, c'est un honneur. Mais ce qu'on retient après une vague pareille, c'est le ride lui-même, et ça je m'en souviendrais toute ma vie... ».

Photos et vidéos :
- Voir les photos des nominés
- Voir les photos de la session Big Halloween by Jalil et Herenui
- Voir la vidéo des nominés
- Voir la vidéo de la soirée des XXL


Billabong XXL Ride of The Year Award (Surfer : $50,000 - Video : $5,000)
Shane Dorian (Kona, Hawaii, USA) à  Teahupoo, Tahiti le 1er Novembre 2007 (Video par Gustavo Camarao)

Billabong XXL Biggest Wave Award (Surfer : $15,000 - Photo/Video : $4,000)
Mike Parsons (San Clemente, Californie, USA) à Cortes Bank au large de la Californie le 5 janvier 2008 (Photo de Robert Brown)

Billabong XXL Monster Paddle Award (Surfer : $15,000 - Photo/Video : $4,000)
Greg Long (San Clemente, Californie, USA) à  Todos Santos, Mexique le 5 décembre 2007 (Photos de Jeff Flindt)

Billabong XXL Monster Tube Award (Surfer : $5,000 - Photo/Video : $2,000)
Manoa Drollet (Tahiti, Polynésie française) à  Teahupoo, Tahiti le 1er Novembre 2007 (Photo de Jeff Flindt)

Meilleure performance masculine de la saison (Surfer : $5,000)
Greg Long (San Clemente, Californie, USA)

Meilleure performance féminine de la saison (Surfer : $5,000)
Maya Gabeira (Rio de Janeiro, Brésil)

Emilie Dalibert - Publié le