» »

Ocean Story : Bruce Gold, le plus grand hippie du surf libre

Aux antipodes des temps modernes, cassant tous les codes établis résistent encore des surfeurs hippies. Bruce Gold en fait partie. Retour dans le futur du surf libre. Pour l'amour des vagues, teintées de désinvolture et d'affranchissement des règles.

Quand on discute de freesurf, un tas de trucs nous viennent à l'esprit. des sessions folles, des instants entre copains, des demoiselles de la plage en sortant de l'eau... Aimeriez vous que tout ça dure une éternité ? Seriez vous prêt à quitter votre job et laisser toute votre vie derrière vous pour vivre au gré des vagues et de la débrouille ? Pas si sûr finalement...? Bruce Gold lui à fait ce choix. Alors qu'il n'avait que 20 ans, il quitte son poste de militaire à l'armée pour mener une vie de hippie comme ils n'en existent plus tellement. Jeffrey's Bay est aujourd'hui sa maison. La nature n'a pas de secrets pour lui, il en connaît les moindres facettes. De temps à autre, il récolte des huitres qu'il vend dans les pubs, les gens en raffolent à J-Bay. Il n'a plus jamais eu à travailler pour sur(f)vivre. Bien sûr, il fut un temps contraint de dormir dans les dunes sud Africaines. Le choix de vie qu'il a fait n'est pas sans difficultés loin de là. Se doucher dans les rivières, faire face à la solitude et l'amertume d'une nature hostile, c'est le quotidien de ce hobo. C'est également la volonté de mener à bien une existence libre remplie de compromis et de bonheur aussi. Bruce est heureux de vivre comme il le souhaite et n'a pas de regrets. Il à aujourd'hui 69 ans. Si vous apercevez une longue barbe blanche, les deux bras en l'air en phase avec la plus belle droite du monde, ce n'est personne d'autre que "Bruce Gold" la légende. Rédaction / Maxence Gallot.

PubliŽé le
A ne pas manquer !

Ash Keillah : le pirate qui vous veut du bien.

"The Friendly Pirate", c'est l'histoire folle d'un jeune surfeur talentueux qui à vu sa [...]

Clay Marzo, le génie de la lampe.

Adulés par les plus grands comme Andy Irons et Kelly Slater, Clay Marzo comprend ses propres [...]