» »

Clay Marzo, le génie de la lampe.

Adulés par les plus grands comme Andy Irons et Kelly Slater, Clay Marzo comprend ses propres émotions mais très rarement celle des autres. Le syndrome d'Asperger dont il est atteint a fait de lui ce freesurfeur unique. Rédaction: Maxence Gallot.

Son comportement le pousse à saisir le moment présent et rendre chaque instant encore plus intense que le dernier. L'intérêt pour la vie en société apparait différent pour le kid de San Diego que l'on a toujours mis à l'écart. Quant au surf, cet art de la glisse a rencontré son destin à tout juste 10 ans et il en connait un rayon. Inspiré par son grand frère surfeur Cheyne Magnusson, il ne mettra pas longtemps avant de révéler son talent et signer son premier contrat chez Quiskilver. Il vit désormais à Hawaii et aime aller se frotter aux slabs les plus féroces de la planète accompagné de son filmeur qui lui assure sa carrière de freesurfeur. La pathologie de la passion, c'est peut être ce que dissimule cette forme d'autisme qu'on lui diagnostiqua en 2007 : le syndrome d'Asperger. Il avait alors 18 ans. C'est quand on l'observe au line up qu'on comprend la suite de cet article.

Le temps semble se ralentir quand il est à l'eau.Tout devient secondaire. Et puis tant mieux, c'est ce qui le rend si mystérieux, si atypique. Son style et sa manière d'investir la vague est instinctif si bien qu'il ne maitrise pas le processus de chaque manoeuvre absorbée. Défier ce terrain vague en mouvement, faire corps et jouer avec son rythme pour ne faire qu'un. C'est son truc ça. Comme tout ce qui relève de l'imprévisible quand il est au take off, il ne soupçonne pas quelle idée va découler de la seconde d'après. C'est un lent visionnaire. Puis vient ce moment où il frappe la lèvre, les deux fémurs en avant à l'aveugle. Allongé la tête à l'envers, le corps en lévitation dans l'eau avant de reprendre le train de la vague naturellement, c'est ça un "layback" selon Clay Marzo. Quand il exécute ce tour de magie dont lui seul a le secret, il prend soin de décoller totalement son pied gauche de la board pour ajouter du piment à la sorcellerie de cette manoeuvre.

Je n'ai rien à voir la dedans moi. C'est Kelly Slater himself qui l'affirme : "Concernant l'approche d'une vague, il sait des choses que je ne sais pas". Là est l'aura du magicien, à l'image de sa maladie que la science ne peut expliquer. Toutefois, les médecins s'accordent à dire que quand Clay veut quelque chose il ne lâche jamais le morceau, jusqu'à réussir avec brio. C'est un des traits caractéristiques chez les sujets atteints d'Asperger. Et n'est ce pas là un des plus grands avantages pour réussir dans le surf, tant ce sport demande un acharnement sans égal?

En réalité il ne souffre pas d'Asperger, il souffre du monde extérieur, du regard que la société porte sur sa pathologie. Sa vie en dehors de l'eau n'est pas facile et il considère les vagues comme des jouets de dieu, un remède de la vie qui conduit droit au bonheur. Si il ne dort pas c'est qu'il est dans le tube. Sa manie obsessionnelle : se frotter les mains comme le génie de la lampe, il adore ça. Comme s'il se demandait quel tricks incroyable il allait pouvoir encore inventer aujourd'hui. Le surf diabolique de ce génie effraie les athlètes du World Tour qui le soupçonne d'être techniquement le meilleur surfeur de la planète. Mais que les stars du tour cessent de trembler, Mr Marzo n'a pas l'intention de surfer sous les projecteurs. Il aime observer les gens mais n'aime pas être observé alors il fuit la notoriété comme il fuit la société. Clay appartient à l'océan. Et s'il est heureux comme ca alors continuons de l'admirer tel qu'il est, à l'ombre du show business .

PubliŽé le
A ne pas manquer !

Clay Marzo - The Ninja

Découvrez Clay Marzo, un rider totalement aérien ! L'américain exilé à Hawaii enchaîne les [...]

Un hiver Californien avec Josh Kerr & friends

Le dernier chef d'oeuvre de Jeff Chavolla est succulent. Un hiver mémorable à la recherche du [...]