» »

Des Princesses à  Papara

Léa Brassy
Léa Brassy - Billabong

Les jours suivant sont difficiles, entre torticolis et angine carabinée. Il est vrai que le climat est humide et chaud et qu'il faut un peu de temps pour s'adapter. Vendredi Les filles sont arrivées hier soir et je viens les chercher dans un [...]

Les jours suivant sont difficiles, entre torticolis et angine carabinée. Il est vrai que le climat est humide et chaud et qu'il faut un peu de temps pour s'adapter.

Vendredi Les filles sont arrivées hier soir et je viens les chercher dans un des plus beaux hôtels de Tahiti : le Beach Comber. L'excitation est à  son comble dans la voiture. Les discussions fusent, en anglais, en français, en espagnol. Une joyeuse confusion tout du long de la route. Nous nous accordons à  dire que l'île est de loin plus jolie qu'Hawaii. Nous trempons nos bikinis sur le spot de Papara, dans des jolies vagues d'1m50. Chacune défoule cette énergie positive que l'excitation a créée. La caresse de l'eau tiède, la vue imprenable sur les montagnes, la lumière jaune du soleil et le sourire des tahitiens nous séduisent à  l'unanimité.

Nous nous installons dans une petite maison rustique près de la plage, à  Papara. Au calme, avec un joli petit jardin et un gardien pour nous toutes seules, nous sommes comme des princesses.

Samedi. François, notre guide expert de Tahiti, arrive ce matin d'Hossegor. Tel un enfant impatient, fraîchement sorti de l'avion, il vient partager avec nous une autre jolie session à  Papara. Sashimi sur la plage à  midi, le poisson cru à  toutes les sauces est la spécialité tahitienne. Je n'ai pas l'habitude de manger ce type de plat mais je suis conquise, c'est vraiment délicieux. L'après-midi nous découvrons la presqu'île de Tahiti-iti. Les conditions de surf sont inconsistantes mais nous allons essayer de trouver des petites droites sur le récif de Teavaiti, près de Teahupoo. Le résultat n'est pas fructueux, le clapot est là  et le corail à  fleur d'eau en raison du manque de swell. Qu'importe, nous profitons de la beauté du lagon pour sourire à  l'objectif de Tim Jones avec Alana, l'égérie hawaïenne de Billabong, qui nous a rejoint pour l'occasion.

Au milieu du lagon, j'observe un curieux phénomène : des tahitiens installés dans des chaises de jardin en plastique, sirotent des bières Hinano fraîchement sorties d'une gigantesque glacière. L'eau leur arrive à  l'abdomen et les éclats de rire vont bon train... jour de repos à  Tahiti !

A ne pas manquer !

Fleurs de Tiaré, ukulele et... Teahupoo

Mon diplôme d'infirmière enfin en poche, voici venu le temps de profiter et de surfer. Je [...]

Des Princesses à  Papara

Les jours suivant sont difficiles, entre torticolis et angine carabinée. Il est vrai que le [...]

Petites vagues à  Taapuna

Dimanche. Nous avions projeté d'aller surfer les vagues de Moorea qui captent davantage la [...]

Comme un poisson dans l'eau

Mardi. La chance nous sourit. Une jolie session à  Taap's : 1m20 creux mais facile avec un [...]

Shooting sur Moorea

Mercredi. Reprise du shooting à  Papara avant de partir sur Moorea, à  une demi-heure de ferry [...]

A la découverte des lieux légendaires de Tahiti

Jeudi. Zéro swell pour découvrir les spots de l'île : Haapiti et Atiha. Avec, Mirka, nous nous [...]

Teahupoo force le respect

Vendredi. Tôt le matin, le ferry nous ramène à  Tahiti. Nous nous initions au stand up paddle [...]

De l'engagement à  Vairao et Teahupoo

Dimanche. Réveil difficile. Une mise à  l'eau s'impose pour nous éclaircir les idées. Quelques [...]

Une journée à Moorea et déjà il faut rentrer

Vendredi. 6h à  Taapuna, je rencontre Pascal, un surfeur tahitien que j'avais déjà  vu à [...]