» »

Première vague indonésienne

Léa à  Jakarta
Léa à  Jakarta - Julien Billard

Si je vous dis Indonésie, vous me répondrez certainement vagues parfaites, cocotiers, poissons grillés, plages ensoleillées... Eh bien, je suis allée voir par moi-même. Un mois, partagé entre l'île volcanique de Sumatra, la plus grande [...]

Si je vous dis Indonésie, vous me répondrez certainement vagues parfaites, cocotiers, poissons grillés, plages ensoleillées... Eh bien, je suis allée voir par moi-même. Un mois, partagé entre l'île volcanique de Sumatra, la plus grande d'Indonésie et les îles Mentawais pour en découvrir les joyaux. Voilà  ce que moi et mon chéri, y avons vécu...

Krui, sud Sumatra

Sur les conseils de quelques copains, nous prenons comme point de chute le point break de Karang Nyimbor. Très longue droite, consistante et facile d'accès. Je ne suis pas déçue, face à  ce line up de rêve. Je me surprends à  dire « c'est l'Indo », comme une réminiscence de tout ce temps passé, les yeux éblouis devant du papier glacé. Qui n'a pas rêvé de ce pays hors du commun où, semble-t-il, il y a une vague magique dans l'intimité de chaque baie ?

Lorsque j'ai senti la lèvre me recouvrir sur ma toute première vague, j'ai senti l'excitation monter dans ma poitrine. Libre et légère, j'ai remercié la vie de ce voyage qui m'était offert. Des dires des vingt cinq surfeurs à  l'eau, ce jeudi était le meilleur jour de surf depuis quinze jours. Nous en avons donc profité jusqu'à  plus soif, du soir au matin et du matin jusqu'au soir pendant quatre jours. La dernière session avant une forte poussée de swell a été une des meilleurs, 2m50 de murs lents et larges, un régal de glisse. C'est une vague un peu mellow, avec deux sections plus creuses au début et au milieu.

Vingt et un plats sont disposés sur la table, surtout du poisson en sauce et un peu de poulet rachitique. Une bassine d'eau pour les mains. Pas de couverts. La cuisine Padang, très épicée, se mange avec les doigts. Le début du repas est délicieux mais la fin ressemble à  un incendie et les aliments n'ont plus beaucoup de goût ! J'ai très chaud et le nez qui coule, vive le piment !

Un losmen est l'équivalent d'un backpacker en Indonésie. Une petite auberge où dormir dans un confort succinct et qui sert des repas à  l'occasion. Elles sont le plus souvent tenues par des locaux. Dans la baie de Karang, il y en a quatre ! Un américain irrespectueux des autochtones et des surfeurs, un australien sans histoire et deux locaux. Question d'éthique, je préfère donner mon argent à  des locaux, d'autant plus qu'ils sont d'une gentillesse inouïe et que la nourriture est excellente. Le cinquième jour, nous décidons de partir sur l'île d'Enggano, au large de Bengkulu, une ville plus au nord. Le gérant du losmen, Evan, originaire de là -bas nous a organisé notre séjour dans sa famille.

A ne pas manquer !

Première vague indonésienne

Si je vous dis Indonésie, vous me répondrez certainement vagues parfaites, cocotiers, poissons [...]

En route pour les Mentawai

Bengkulu 23 heures, après onze heures de bus, le chauffeur du bus ne trouvant pas l'hôtel [...]

Lance's right, nous voilà

Padang Nos planches tiennent miraculeusement sur le toit d'un opelet, sorte de minibus [...]

Le joyau des Mentawai

Katiet Paysage idyllique : cocotiers, eau turquoise et soleil de plomb. Au passage, [...]

Session magique à  Macaronis

Macaronis Vague mythique s'il en est, tout surfeur qui se respecte a rêvé de s'y essayer. [...]

Rencontres inoubliables

Mapadegat Ce petit village situé au nord de Sipora, accueille la vague de Telescopes connue [...]