» »

L'aventure au lac Waikaremoana

Korokoro Falls
Korokoro Falls - Léa Brassy

11 juin 2009 Me voilà  de retour dans la région de Gisborne, qui semble être le meilleur parti pour ces conditions hivernales. David et Darnelle m'ont à  nouveau accueilli comme un membre de la famille. Je me sens tellement bien dans ce [...]

11 juin 2009

Me voilà  de retour dans la région de Gisborne, qui semble être le meilleur parti pour ces conditions hivernales. David et Darnelle m'ont à  nouveau accueilli comme un membre de la famille. Je me sens tellement bien dans ce petit cocon au bord de l'eau, à  surfer quand le surf est bon et à  prendre part à  toutes sortes de missions quand le temps est mauvais : couture, cinéma, ballade, cours de français, marché... J'ai scoré à  nouveau quelques incroyables sessions sur la plage de Wainui. J'ai finalement décidé de prendre la route vers le sud, de continuer l'aventure et de voir ce qui ce passe.

Situé au nord de Wairoa, le lac Waikaremoana est un grand lac formé il y a environ deux mille ans par un énorme glissement de terrain qui a refermé le lit d'une rivière importante, formant petit à  petit un lac au-dessus de la forêt. Une communauté Maori vis là -bas depuis des centaines d'années, entre chasse, pêche et plantations. Le lac offre une atmosphère particulièrement paisible au milieu de paysages grandioses, parmi lesquels le plus haut point est Panekiri Bluff, situé à  1100m. Un chemin de randonnée parcourt 46 Km autour de ce lac, offrant notamment un point de vue époustouflant depuis le sommet, avec d'un côté la presqu'île de Mahia et de l'autre le lac. J'ai toujours rêvé de marcher plusieurs jours en solitaire sans jamais vraiment passer à  l'action. Je me suis donc lancée à  l'aventure pour quatre jours, trois nuits. Des huttes sont prévues pour les randonneurs, environ toutes les 5 heures de marche, avec un chauffage et des banquettes pour dormir.

La première journée a été la plus éprouvante car il s'agissait de grimper au sommet du Panekiri Bluff, alourdie par mes provisions pour quatre jours. Mais le jeu en valait la chandelle. Régulièrement, le chemin passait au bord de la falaise, dégageant une vue extraordinaire sur le lac, entre rafales de vent et nuages mystérieux. En redescendant vers le bord du lac, la forêt native, où règnent entre autres de monstrueuses fougères arborescentes, évolue et se transforme pour s'adapter au microclimat de la vallée. Ainsi, quelques pas suffisent à  découvrir un paysage différent. Le bush donne l'impression d'une constitution parfaite : qu'il pleuve ou qu'il vente, j'étais au sec (plus ou moins) et abritée du vent, me procurant une sensation de sécurité et me protégeant du froid.

Ainsi se sont écoulées les heures de marche, beaucoup plus facilement que je ne l'aurais imaginé. J'errais dans mes pensées, souvent distraite par les chants d'oiseux et par les paysages insolites, mes pas s'enchaînaient sans me poser d'autre question. Et j'ai pris goût, chaque jour, à  renfiler mes habits sales et à  endosser mon sac à  dos encombrant, bien que muni du strict nécessaire. Tout ces instants offerts par la nature, avaient un goût nouveau, une excitation que je ne connaissais pas. Je me sentais chouchoutée par le lac, entourée par toutes ces branches, comme des tentacules.

Je compte au nombre de trois les personnes que j'ai croisées. A chaque fois, une rencontre singulière entre deux monde, la passion du bush et celle de l'océan. Deux univers qui, au delà  de leurs divergences, se rejoignent bien des fois, soulignant la beauté de l'humanité. Ces rencontres m'ont permise d'apprendre sur la faune et la flore natives, la chasse aux opossums et la sauvegarde des kiwis sauvages.

Un pincement au coeur s'est fait sentir sur les derniers kilomètres, j'étais triste de quitter ce paradis vert. Je m'étais habituée à  l'odeur et aux sons du bush, au vert omni présent. Je suis sortie de la forêt comme un oiseau tombe du nid, éberluée de voir des paysages si monotones en regard de la richesse du bush. Sans réfléchir, comme par instinct, je me suis dirigée vers l'océan.

A ne pas manquer !

Aux antipodes de la planète

18 mars 2009 Pays Basque, en plein mois de février, un dernier surf avant de partir. [...]

Plages désertes et balades surprenantes sur l'East Coast

20 avril 2009 J'ai pris la route depuis le Mount Maunganui vers Hick's Bay sur l'East [...]

Une incroyable droite de reef

A Anaura Bay, juste au sud de Toko, je me suis établie dans une famille Maori gr'ce au [...]

Au pays des arcs-en-ciel et de Manu Bay

25 mai 2009 Gisborne est ce genre de petite ville qui combine tous les charmes à  la fois, [...]

L'aventure au lac Waikaremoana

11 juin 2009 Me voilà  de retour dans la région de Gisborne, qui semble être le meilleur [...]

Les charmes de la presqu'île de Mahia

D'une configuration géographique insolite, entre Wairoa et Gisborne, la presqu'île de Mahia [...]