»

Pourquoi devrait-on checker l'océan en toutes conditions ?

Le sunset est immanquable dans les Landes
Le sunset est immanquable dans les Landes - copyright Maxence Gallot

Le plaisir appartient à ceux qui se donnent les moyens. Ne restez pas figés devant l'ordi, les vagues n'attendent pas les cyber surfeurs d'argent. Le surf check a tout à vous offrir!

Bienvenue à la frontière des deux mondes : aujourd'hui, le web est un océan de renseignements qui nous informe en une seconde des conditions de surf du jour. Mais de l'autre côté de l'écran il y à l'océan et tu peux aussi y aller en courant! A toi de choisir...
Plus le temps passe, plus la technologie nous envahit. Et si l'on regarde le surfeur 2.0 de plus près, il a une légère tendance à devenir fainéant et impatient lorsqu'il s'agit de checker les vagues et choisir sa session. Prenez un jour de bon surf sur un bon spot réputé dans une période favorable à la pratique. Au même titre que l'on cherche à savoir comment sont les vagues ce jour là, chacun d'entre nous veut savoir ce qui se passe en temps réel partout avant tout le monde et supporte de moins en moins l'idée de faire des efforts pour obtenir quelque chose. Paraît il même que tôt ou tard la Galaxy Surfboard de Gabriel Medina nous renseignera au moment T sur les séries qui arrivent au large. Plus prés de la technologie, et tous les jours un peu plus loin de la pureté du surf et de l'idéal de déconnexion de la société moderne qu'il représente...

Sans aller jusque là, les innovations comme les webcams disposées partout sur la côte et les sites de prévisions de vagues reconnues comme une aide indissociable à une pure session de surf ne devraient pas prendre le pas sur le bon vieux surf check du matin à l'aube ou celui du sunset. Il est tout à fait bénéfique d'utiliser le progrès à bon escient afin de savoir quelle planche prendre et tirer le meilleur timing de la journée pour se remplir de barrels. Nous n'avons rien à envier à nos ancêtres qui n'avaient pas le luxe d'utiliser "windguru" et les caméras de chez "viewsurf". C'est évidemment une somme d'inventions géniale pour prévoir rapidement ton surf sur le planning avant ou après le boulot lors de tes congés.

En quelques clics, les conditions du jour sont désormais facilement accessibles au plus grand nombre d'entre nous. Certains surfeurs habitent loin des côtes et n'ont pas la possibilité d'aller voir l'océan à vélo. On peut donc se renseigner de manière efficace depuis que ces innovations existent et si le futur améliore nos sessions, on ne peut que s'en réjouir. Mais aussi réduit que la technologie l'était à l'époque, il y a encore très peu de temps les surfeurs motivés qui pouvaient le faire se rendaient tous les matins à la plage, au sommet de la dune, au point de vue idéal. De là le virtuel est resté à la maison. On peut constater l'état réel de l'océan au moment présent et partir surfer la vague à défaut de surfer sur le net. Car c'est un fait avéré, tous les moyens de prévisions de la houle nous ont rendu trop sûr de nous. Certains de détenir la vérité, nous nous privons de cet effet de surprise qui te fait monter la dune en courant comme un enfant qui veut découvrir la session que la nature va lui offrir.

Dans un monde ou le prix est affiché, où tout est calculé, collecté, organisé, prévu et ordonné en statistiques, il est parfois bon de laisser place à l'inconnu. Aller voir ce qui se passe à l'océan au lever du soleil c'est incalculable, ça ne coûte rien et l'accueil au sommet de la dune n'a pas de prix. Le bruit de l'océan, les lueurs de l'aube, la lumière verdâtre du sunrise et la couleur orangée du sunset, les groupes d'oiseaux qui rasent les vagues... mais aussi les retrouvailles autour du thermos de thé face à ce vent onshore qui te transforme en Mr Freeze. Ces grains de sable qui te rentrent dans le nez, la rosée du matin qui te fait claquer des dents pour finalement découvrir que la vague est médiocre et qu'elle est sur exploitée par 32 morts de faim levés encore plus tôt. Et quand internet prévoit du vent et une houle moisie, il est aussi tout à fait probable de découvrir un spot offshore avec 1M50 parfait et personne d'autre à l'eau que le miracle inespéré qui n'attend que toi. Peu importe ce que l'on y découvre, le secret de tout bon surfeur qui se respecte c'est l'observation. Et celle ci commence bien avant de repérer le bon placement pour assurer le take off et chopper la bombe.

C'est sur terre que l'on observe le mieux la suite des évènements. Savoir choisir son spot, estimer son niveau par rapport aux conditions, savoir quelle planche sera en adéquation avec les conditions du jour. Repérer le sens du courant, la zone d'impact de la lèvre, les sections à tubes, les sections blindées de monde, les zones cool et plus faciles d'accès, les portes d'entrée et de sortie de l'eau. Repérer quelle zone est la plus adaptée à notre engin et notre niveau par rapport au contexte. Faire un surfcheck c'est aussi estimer le ratio : qualité de la vague / nombre de surfeurs à l'eau et ainsi prendre une décision en fonction de celui ci. Parfois une vague de qualité moyenne avec deux surfeurs dessus vaut mieux que le pic parfait rempli de 41 chiens rageux prêts à dévorer le plus faible d'entre vous. Alors oui, seul un bon surf check vous permettra de distinguer cette vague à 20 mètres à côté du main spot. Elargir sa vision ça a du bon, l'océan est assez grand pour ça je crois.

Malheureusement et heureusement pour votre dynamisme, la webcam ne dit pas tout et la plupart du temps cette vague de repli n'est pas visible sur internet. Rester suffisamment de temps devant l'océan pour ne pas être surpris au moment de la mise à l'eau, c'est prendre plus de vagues que les autres et être récompensé. C'est s'amuser d'avantage et éviter les embrouilles stupides au line up. C'est améliorer son interprétation du surf et c'est le chemin le plus court vers la progression. C'est réussir à s'insérer dans une substance en mouvement qui n'attend personne d'autre que vous pour offrir sa bénédiction. C'est l'essence même de la glisse et du plaisir qu'elle procure à qui veut bien s'y abandonner. Alors même si vous crevez d'envie d'exploser votre réveil quand il sonnera demain matin à 6h29, n'attendez pas le SMS surf report de votre pote encore ivre qui ne s'est pas réveillé. Levez vous et foncez vers le bonheur!

http://lesimplenoir.tumblr.com/
Maxence Gallot - Publié le