»

Plus grosse houle de l'année pour l'ONeill Cold Water Classic Series Afrique du Sud

Big Barrel
Big Barrel - O'Neill

Un ciel bleu sans un nuage, un beach break avec des vagues d'1m50 à  la pointe sud de cette péninsule bordée d'impressionnantes falaises. Le surf a été aussi spectaculaire que le paysage aujourd'hui pour cette première journée de compétition sur [.

Un ciel bleu sans un nuage, un beach break avec des vagues d'1m50 à  la pointe sud de cette péninsule bordée d'impressionnantes falaises. Le surf a été aussi spectaculaire que le paysage aujourd'hui pour cette première journée de compétition sur l'O'Neill Cold Water Classic South Africa.

Mais quand le prévisionniste local Spike a déclaré que les conditions allaient être très changeantes, il ne s'est pas trompé ! -Je parlais hier soir de la possibilité que la tempête se creuse encore plus,'? a-t-il expliqué. -Et elle a en effet gagné en intensité !'?

-On estime maintenant que la plus grosse houle de l'année va arriver mercredi avec des vagues atteignant les 10 mètres,'? a-t-il poursuivit. -Cette tempête va semer le chaos - avec des pluies diluviennes et un océan déchaîné .'? Ce n'est pas la compétition la plus sauvage du circuit sans raison...

Même si la houle est tombée assez rapidement pour le premier jour de compétition, le directeur de compétition Matt Wilson a quand même été accueilli ce samedi matin par une bonne de taille de vagues, qui en effet contrastait avec les 3 mètres des jours précédents. Mais avec la richesse de cette région en spots de surf, il y a toujours une option qui correspond aux conditions.

-Misty Cliffs s'est révélé être à  la hauteur de son nom. On ne pouvait même pas voir l'eau,'? a déclaré Matt. -Mais c'est totalement exposé à  l'océan alors c'est sûrement assez puissant et gros.'?

La qualité du surf de ce premier jour a confirmé cette première analyse. La vague de la journée est à  mettre au compte du japonais Yujiro Tsuji, qui a trouvé un tube de 4 secondes d'où il semblait impossible de ressortir. Les spectateurs regroupés le long des falaises lui ont fait une ovation à  sa sortie de l'eau avec la meilleure note de la journée, un 9.5.

Les stars sud africaines ont également brillé lors de cette première journée sur leur terre et parmi eux, Paul Canning le directeur marketing d'O'Neill Afrique du Sud et ancien surfeur du WCT.

-C'était super d'être à  l'eau et de pouvoir observer la compétition et les falaises de là ,'? a déclaré Paul. -Il y a vraiment beaucoup moins de pression quand on surfe dans sa propre compétition. J'ai l'habitude d'être vraiment stressé avant une série mais aujourd'hui, c'était simplement sympa de se mettre à  l'eau.'?

Parmi les jeunes sud africains à  s'illustrer, on retiendra Grant Arendse. Le local de 18 ans de False Bay ici sur la péninsule du Cap a été l'un des huit surfeurs du programme de développement et de transformation de Surfing South Africa, à  être invité par O'Neill sur cette compétition WQS ASP 4 étoiles.

Bien qu'il ait manqué de peu sa qualification pour le tour des 96e de finale, Grant a été heureux de pouvoir participer à  l'épreuve. -Le surf, c'est d'abord se faire plaisir,'? a-t-il déclaré. Grant, qui a commencé le surf à  l'âge de 10 ans fait partie du programme depuis six ans. -Cela m'aide grâce au coaching et pour tout ce qui est équipement et voyages car je ne pourrais pas me le payer moi-même,'? a poursuivi Grant. -Je dois encore beaucoup progresser. Aujourd'hui c'était vraiment bien de pouvoir se retrouver à  l'eau avec de très bons surfeurs et de leur donner un peu de fil à  retordre sur les vagues.'?

A noter également les très belles performances des étrangers sur les vagues sud africaines avec, entre autres le prodige hawaïen John John Florence ainsi que son compatriote Granger Larsen. L'un des seuls représentants de l'Euroforce ici en Afrique du Sud, le surfeur allemand Nicolau Von Rupp, a largement dominé ses deux séries aujourd'hui.

-C'est assez sauvage ici,'? a déclaré Nicolau. -J'ai pensé plusieurs fois aux requins quand j'étais à  l'eau. Mais les vagues aujourd'hui étaient assez bonnes, elles avaient de la puissance.'?

Avec des surfeurs du top 44 comme Jordy Smith qui se préparent pour leur série et des anciens de l'élite comme Nathan Hedge et Jarrad Howse qui attendent également de se mettre à  l'eau, la compétition promet de gagner en intensité. Ce qui est aussi le cas pour les vagues prévues lors des prochains jours.

Publié le