»

Non au réacteur nucléaire à  J-Bay !

Supertubes
Supertubes - Billabong

Alors que les projecteurs sont braqués sur le Billabong Pro J-Bay, l'association Supertubes Surfing Foundation lance un cri d'appel et s'oppose au projet de réacteur nucléaire à  Thuyspunt, près du Cap Saint Francis, Afrique du Sud.

The Endless Summer en a fait un mythe dans les années 60. Jeffreys Bay, la Mecque du surf, est aujourd'hui menacée par un projet de construction d'un réacteur nucléaire d'une puissance de 4000 Mega Watt.

Plusieurs sites sont à  l'étude par la société Eskom. Parmi eux, Thuyspunt inquiète particulièrement la communauté locale et pourrait avoir un dramatique impact sur les écosystèmes marins de la zone. Situé à  environ 12 km du Cap St Francis, Thuyspunt subirait un sérieux revers environnemental et économique si le projet venait à  voir le jour.

Pour éviter d'en arriver là , l'association Supertubes Surfing Foundation s'est emparée du dossier. Elle communique dans le monde entier pour faire bouger les choses. Organisation de protection des plages et des dunes sableuses de Jeffreys Bay, Supertubes Surfing Foundation réhabilite des sites naturels et notamment le Supertubes Park depuis 1999. Les écosystèmes fragiles de J-Bay seraient particulièrement endommagés si le site de Thuyspunt était retenu pour le projet nucléaire. Et cela, l'association ne le tolère pas !

L'une des conséquences de l'implantation d'un réacteur serait l'augmentation de la température de l'eau. En effet, pour refroidir les installations, l'eau serait pompée en mer, puis rejetée avec la chaleur accumulée (principe de l'échangeur). Cette pollution thermique aura forcément un impact sur la vie marine dans la zone de St Francis. D'autant plus que l'eau pompée pour refroidir les condenseurs entraînerait avec elle poissons et autres espèces marines. Selon Tyrone Smith, président de l'association Supertubes, « il existe un risque réel que des dauphins soient tués à  Thuyspunt ».

La construction du réacteur impliquerait également un déplacement important de sédiments. D'après le Professeur Richard Cowling, botaniste reconnu, une modification de l'écosystème dunaire provoquerait un profond bouleversement de la dynamique des courants dans la zone !

Çconomiquement, la situation n'est pas réjouissante non plus. Les communautés locales vivent de deux ressources principales : l'agriculture et le tourisme. Tous deux pourraient être menacés. Andy Thuysman, président du J'Bay Boardriders Club et ex-responsable du tourisme de la baie, affirme que « la perte d'emplois dans l'industrie du tourisme pourrait être énorme ». Il ajoute : « Nous avons travaillé depuis des années à  la construction d'un tourisme durable à  J-Bay et tout pourrait disparaître d'un seul coup... ».

www.savesupertubes.com

Emilie Dalibert - Publié le