»

O'Neill Cold Water Classic : la tempête se déchaîne à  Tofino !

O'Neill Cold Water Classic
O'Neill Cold Water Classic - O'Neill

Alors que la pluie s'est dissipée durant la nuit, les vents froids et la houle ont forci sur Tofino, qui se réveille avec 2m50 de vagues et un fort vent onshore. Mais les conditions difficiles ne risquent pas d'empêcher le O'Neill Cold Water [...]

Alors que la pluie s'est dissipée durant la nuit, les vents froids et la houle ont forci sur Tofino, qui se réveille avec 2m50 de vagues et un fort vent onshore.

Mais les conditions difficiles ne risquent pas d'empêcher le O'Neill Cold Water Classic Canada de se dérouler et d'assurer le spectacle.

Grâce au format de compétition itinérante propre à  chaque étape, la compétition a débuté à  9h30 dans la baie la plus protégée, Chesterman's Bay. Les six heats finaux du round des 144 se sont déroulés sous un temps ensoleillé et froid, au plus profond des paysages sauvages de l'ile de Vancouver.

-Cox Bay était pratiquement insurfable avec cette houle donc nous avons déplacé le contest à  Chesterman's où il y avait 1m50 » explique le directeur de compétition Matt Wilson. « Il y a toujours de super vagues à  prendre ici. Il y a eu de très bons rides et des scores élevés aujourd'hui ».

"C'est la première fois que nous venons lors d'une compétition professionnelle de surf dans une région comme celle-ci, et nous apprenons toujours des choses sur la houle et la météo » dit-il « mais en ce qui concerne le froid, c'est tout à  fait ce à  quoi nous nous attendions pour le cold water classic ».

Malgré le défi que constituaient les conditions, c'est l'australien spécialiste des airs Wade Goodall qui s'est distingué dans ces conditions glaciales avec un surf d'une puissance impressionnante et la vague la mieux notée (un 9.6) ainsi que le plus grand score de la compétition, avec une première vague s'élevant à  8.17. « Une fois dans l'eau les conditions de surf étaient bien meilleures qu'elles n'en avaient l'air » dit Wade « mais il fait froid, alors les premiers canards vous donnent un sacré mal de tête. »

Obtenant des points grâce à  ses manoeuvres puissantes et impressionnantes sur ses airs, Wade déclare : « le fait est qu'avec tout ce néoprène, j'ai beaucoup plus de poids sur moi, donc j'ai l'impression que je peux avoir beaucoup plus de puissance derrière mes manoeuvres, le seul bémol désormais est que je ne peux pas m'envoler ! je suis trop lourd ! »

Bien qu'il s'acclimate encore au froid, Wade apprécie cette expérience à  Tofino : « j'étais tellement excité de venir ici » avoue t-il « cet endroit est formidable. C'est vraiment un endroit unique sur le tour ».

Comme tous les locaux vous le diront, tout en offrant non seulement beaucoup de surf de classe mondiale, il y a aussi beaucoup plus à  voir sur cette côte ouest de l'île de Vancouver. « Le surf n'est pas la chose la plus importante ici » dit Noah Cohen, surfeur local et ambassadeur de l'évènement. « A l'école, j'avais l'habitude qu'on se moque de moi car j'étais un surfer ; Bien que ce soit une ville de surf beaucoup d'enfants ne surfent pas. Ce n'est vraiment pas évident quand vous êtes plus jeunes d'enfiler une combinaison de 5mm et d'aller dans l'eau froide ».

« De plus quand j'étais jeune je n'avais pas non plus de combinaison pour enfant » nous révèle t-il « je portais donc une combinaison pour femme de taille 4 ! Maintenant il y a de super combinaisons pour les enfants... mais pas à  l'époque où j'apprenais.»

Publié le