»

ISA World Surfing Games : Adrien Valero passe !

Adrien Valero
Adrien Valero - Thierry Organoff

Ce matin, la houle se fait désirer, d'autant que la marée est basse avec un gros coef. Du coup, Marcos Bukao, le directeur de compétition brésilien décide de reporter de 2 heures le début du programme du jour. Adrien Valéro qui devait passer en

Ce matin, la houle se fait désirer, d'autant que la marée est basse avec un gros coef. Du coup, Marcos Bukao, le directeur de compétition brésilien décide de reporter de 2 heures le début du programme du jour.

Adrien Valéro qui devait passer en série 2 du jour, s'est levé pour rien ; enfin pas tout à  fait ; cela lui permet d'aller faire une petite session, et de parfaire son réveil musculaire. Sa série s'annonce tendue, elle le sera. Collés à  la digue du podium Nord, les 4 compétiteurs jouent des coudes pour prendre la priorité, au risque de racler les rochers. C'est le péruvien qui prend rapidement le large, ce qui n'était pas prévu. Au départ le sud'Af semble le plus dangereux, là  il faut se battre pour la 2ème place. Changement de tactique dans le clan français ; avec 2 vagues courtes, Adrien se place second, mais avec tellement peu d'avance, qu'il s'agit d'empêcher son adversaire de prendre la moindre vague.

Les 5 dernières minutes sont tellement longues, avec Coach Patrick qui hurle ses indications depuis la digue. Final angoissant, avec une série de vagues qui rentre, mais tout le monde se bloque et personne ne démarre. Gagné pour Adri, qui rejoint le repêchage 3, mais quel stress !!

Après le surf, le body

Les français suivants à  entrer à  l'eau sont nos bodyboardeurs. Ironie du sort, l'avancement des séries les a placé ensemble dans la même série, avec un néo-zélandais et surtout un espagnol. Toujours difficile de mettre en place une stratégie dans ces cas là , avec une inhabituelle composante collective dans une tactique d'ordinaire très individuelle.

Pierre Louis Costes se place vite en tête dans la série. Les français gèrent bien le line-up, mais Amaury ne trouve pas encore de vague lui permettant de scorer. Alors que les 2 français remontent du bord, l'espagnol, seul au large, démarre sur une série, qui ferme, mais qui lui laisse le temps de placer un ARS. Il prend la deuxième place, et prend tout de suite l'option d'aller « scotcher » Amaury pour lui mettre la pression. Sur une vague de série, les 2 compétiteurs démarrent au coude à  coude et se heurtent. Aucun ne lâche. Les juges doivent déterminer qui a fait l'interférence en définissant de quel côté était le plus fort potentiel.

Pour le clan français, il n'y a pas photo : c'est une droite et Amaury a la priorité. A 3 juges à  2, le speaker annonce double interférence. En enlevant la moitié de la 2ème vague meilleure vague de chacun des 2 bodyboardeurs, cela ne change rien : l'espagnol est toujours devant. Incompréhension du staff, et réclamation n'y changeront rien. Amaury bascule en repêchage tandis que Pierre Louis remporte brillamment sa série. Très grosse frustration chez les tricolores, face une décision très contestable.

Mais déjà  Heloïse Bourroux entre à  l'eau, et comme pour venger son compatriote, elle ne laisse aucune chance à  ses concurrentes. Un bon choix de vagues, des manoeuvres très aériennes, beaucoup de maîtrise, elle marque le territoire pour la suite de la compétition. Le Directeur de compétition stoppe là  la compétition pour la journée, à  cause du manque de vagues à  marée haute, alors que Rudy Maréchal est déjà  au Beach Marchal. Ce n'est que partie remise ; il sera le premier à  l'eau demain matin.

Nouvelle coupe

Le fait du jour c'est aussi la nouvelle coupe de cheveux de Simon Marchand. Après Rudy Maréchal, et grâce à  Amandine notre surfeuse/coiffeuse, il est le deuxième à  adopter la coupe GI's. Comme pour dire qu'il est près pour le combat. C'est aussi ça l'esprit « Groupe France ».


Etre licencié, c'est plus de libertés
Source : www.surfingfrance.com

Publié le