»

Le défilé des équipes ouvre le melty Eurosurf junior

Team France
Team France - DR

Les douze nations invitées et le pays hôte ont défilé dans les rues de la station balnéaire girondine ce samedi en début de soirée. Ce sont les juges qui ont ouvert la parade, suivi des jeunes de chaque équipe. La France fermant la marche. Temps [

Les douze nations invitées et le pays hôte ont défilé dans les rues de la station balnéaire girondine ce samedi en début de soirée. Ce sont les juges qui ont ouvert la parade, suivi des jeunes de chaque équipe. La France fermant la marche. Temps fort : le mélange du sable où chaque capitaine d'équipe est venu verser dans une urne un peu de sable de son pays, afin de symboliser la fraternité entre chaque participant du melty Eurosurf junior.
Puis le président de la Fédération européenne de surf, le Français Xavier Delanne, a officiellement ouvert la compétition.

Au total 166 surfeurs sont engagés pour l'obtention de huit titres individuels et le titre par équipes. Championne d'Europe, la France remet son titre en jeu à  domicile.

Les premières séries du championnat d'Europe junior seront lancées lundi sur le spot de Lacanau. Le directeur de compétition Rui Felix souhaite bénéficier de la petite houle et du beau temps pour débuter la compétition, très certainement avec la catégorie longboard. Gaspard Larsonneur devrait donc être le premier Français en lice. Les vagues ne devraient pas dépasser les 50 cm dimanche à  Lacanau mais un train de houle sensiblement plus conséquent (1,20m) est attendu dès mardi. La totalité des délégations est arrivée à  Lacanau vendredi soir. Seul manque à  l'appel le Maroc, qui s'est désisté au dernier moment.

A la veille du melty Eurosurf junior, le team manager de l'équipe de France, parle du potentiel du groupe tricolore, des nouvelles têtes, des principaux adversaires et du match à  deux qui se profile entre la France et le Portugal.

Stéphane, les prévisions météos annoncent de petites vagues pour le début du melty Eurosurf junior. Avantage ou inconvénient pour les surfeurs français ?

On est logiquement capable de s'adapter. Ce n'est pas vraiment un problème pour nous. Les surfeurs qui sont là  sont capables de s'adapter à  toutes les conditions. Quand on fait de la compétition, il faut avoir cette qualité : savoir varié son surf pour surfer 30 cm ou deux mètres.

La moitié de l'équipe de France va honorer une première sélection. Y a-t-il de l'appréhension chez les nouveaux ?

Oui, il y a un peu d'appréhension. Les plus jeunes, les minimes, arrivent en équipe de France. Il s'agit de leur première sélection, de leur première compétition internationale, ils sont logiquement impressionnés. Mais avec Patrick (Florès), Yann (Martin) et les autres coaches, on a l'habitude de gérer ça. Il existe une vraie cohésion de groupe. Les équipes de France c'est cela avant tout : le groupe.

Le groupe vit-il bien à  quelques heures du début du melty Eurosurf junior ?

Il vit super bien. Tout va bien de l'intérieur. Les capitaines sont là  pour faire le lien afin que les nouveaux soient bien intégrés. L'idée est de porter tout le monde vers le haut.

Ce championnat va-t-il se résumer à  un match France-Portugal ?

Il y a d'autres pays qui peuvent s'intercaler mais le vrai combat, sur le papier, c'est France-Portugal. Maintenant, il ne faut pas sous-estimer les autres nations.

La France a tout de même le statut de favori, qui plus est à  domicile. Il ne faut pas arriver avec de la prétention. L'idée est plutôt de bien faire notre boulot, tout en se méfiant de tout le monde. Et être sérieux du début à  la fin. C'est comme ça qu'on devient champion d'Europe.

Publié le