» » »

Ce n'est pas rien d'être couronnés champions du monde !

Duo gagnant
Duo gagnant - Djé Surf Photos

Ils l'ont fait ! Rico Leroy et Sarah Burel ont décroché leur premier titre de champion du monde de surf tandem lors de l'ultime étape du WTT 2009 en Vendée. Retour sur une saison de rêve pour le duo français. Mardi 3 novembre 2009, Lacanau, [...]

Ils l'ont fait ! Rico Leroy et Sarah Burel ont décroché leur premier titre de champion du monde de surf tandem lors de l'ultime étape du WTT 2009 en Vendée. Retour sur une saison de rêve pour le duo français.

Mardi 3 novembre 2009, Lacanau, France

Mango-Surf : Après trois années sur le tour mondial de surf tandem, vous voici couronnés champions du monde. J'ai envie de dire "enfin" car vous êtes toujours passés très près de ce titre non ? Cette fois-ci, c'est la bonne !

Sarah Burel : "Enfin" est effectivement l'un des premiers mots qui m'est venu à  l'esprit lorsqu'on a appris que l'on était champions du monde. Ça fait plusieurs années que le titre nous échappe pour manque de vagues ou pire encore parce qu'on rate un avion, donc c'était vraiment frustrant de n'avoir pu montrer toute l'étendue de nos capacités durant ces dernières années. Cette année avec notre sortie en demi-finale à  Hawaii, j'ai vraiment pensé qu'on était maudit et que vagues et finale de tandem, cela n'était pas compatible, puis finalement en Floride on s'est surpassé et nous étions vraiment fiers de notre finale.

Rico Leroy : Oui ça y est c'est enfin notre année sur le tour. Après la création il y a 3 ans du WTT (World Tandem Tour) par l'ITSA, nous y sommes enfin arrivés. En 2007, c'est Kalani Vierra & Blanche Yoshida (HAW) qui l'emportent en Espagne. Nous finissons 2ème et c'était très serré lors de la finale puisque celui qui finissait devant l'autre gagnait le titre. De plus, la finale était très relevée puisque les 3 couples hawaiiens qui avaient fait le déplacement ont disputé cette finale. L'année dernière, nous manquons le titre à  cause de notre avion loupé pour la Floride. Si nous nous inscrivions juste à  cette compétition, nous aurions été couronnés. Maintenant Kalani et sa fille Ala méritent ce titre autant que nous. Ils ont un niveau incroyable et l'ont encore prouvé cette année en remportant les ISA chez eux à  Hawaii.

Pour nous cette saison, les ISA n'étaient pas notre objectif principal. Nous étions concentrés sur le World Tour qui est plus représentatif du niveau puisqu'il faut être bon sur au moins 4 étapes sur les 12 contests du WTT et ça partout dans le monde. La lutte pour le titre fût très relevé puisque avant la Californie, 3 couples pouvaient encore prétendre au titre. Ça n'était jamais arrivé et cela prouve que le World Tour est relevé et suivi.

Avant Brétignolles, nous savions que le titre était pour nous à  99% et nous gérions le % décisif plus que jamais. Pas question d'arriver en retard ou de louper cette compétition pour rien au monde. Malgré tout ça et en dépit du faible suspense lors de cette ultime épreuve, j'ai ressenti un énorme pincement au coeur lors du coup de trompe final et j'ai même coulé ma petite larme de bonheur dans l'eau quand Jeremy Boisson m'a pris dans ses bras pour me féliciter. C'est quand même pas rien d'être couronné CHAMPION du MONDE. Surtout quand on écrit son nom à  la suite de Keaulana/Terrada, Vierra/Yoshida et Inman/Rabacal.

M-S : Le titre s'est joué sur la dernière étape et cerise sur le g'teau, en France ! Est-ce quelque chose de particulier pour vous ?

S.B : Le fait d'avoir une finale de Coupe du Monde en France nous a permis de partager cette victoire avec tous nos amis et notre entourage, c'était vraiment super de disputer cette dernière finale de la saison avec des couples de tandem dont nous sommes proches. L'ambiance était vraiment incroyable, ça ressemblait d'ailleurs plus à  une bonne session entre potes qu'à  une finale de coupe du monde et c'est ce qui est génial dans le monde du tandem, l'esprit de compétition est peu présent.

R.L : Le fait d'avoir remporter le titre ici veut vraiment dire beaucoup pour moi. Premièrement, l'ITSA est une initiative Franco/Hawaïenne et la France est leader dans l'organisation de compétitions de coupe du Monde. C'est un peu rendre à  tous les gens qui croient en notre discipline l'énergie qu'ils nous ont donné toute l'année. Ensuite, c'est sûr que pour la médiatisation française de notre Sport et notre médiatisation personnelle, c'est génial de gagner ici. Nous avons été plus sollicités que si nous avions gagné ailleurs. Et cela continue encore. Et finalement le fait de gagner ici rend les choses plus agréables puisque nous sommes entourés de nos familles et de nos amis, alors que si nous avions gagné à  l'étranger, nous n'aurions été que tout les deux.

M-S : Si vous deviez vous souvenir d'un ou deux moments phares de cette saison...

S.B : Malgré notre résultat, j'ai vraiment aimé l'étape d'Hawaii car nous étions 4 couples Français et nous avons vraiment passé du bon temps sur cette compétition. Après, notre finale en Floride était mémorable aussi, c'était peut être la première, où pour une finale, nous avons montré tout ce dont nous étions capables en assurant nos deux vagues habituelles et en s'éclatant sur toutes les autres vagues, à  faire tous les portés que nous connaissions. Et bien sûr, la dernière étape, où l'on remporte le titre, entourés des gens qu'on aime. Que demander de mieux...

R.L : La première chose qui me vient à  l'esprit est l'ambiance qu'il y avait avec l'équipe de France (vice Championne du monde par équipe) de Tandem à  Hawaii. Nous venions de nous faire éliminer en demi-finale et la réaction que nous avons eu au coup de trompe était très positive, alors que nous étions éliminés non pas parce que nous avions mal surfé ou que les autres étaient meilleurs, mais juste parce que nous n'avions pas trouvé de deuxième vague pour nous qualifier en finale. Nous étions dépités, mais nous savions avant la compétition que cette vague ne nous est jamais favorable, alors c'était comme si c'était normal. Juste après ça, nous avons été fêter notre titre par équipe avec les 3 autres couples français en pirogue Hawaïenne et l'ambiance de l'équipe a pris le dessus sur la déception personnelle. C'était finalement génial de se retrouver tous ensemble et l'exploit collectif m'a vraiment plu. Bien sûr le deuxième moment phare de cette saison reste notre titre final à  Brétignolles. Un grand moment dans notre carrière.

M-S : Champion du monde, c'est quelque chose quand même. Regrettez-vous le fait que cette discipline reste encore très confidentielle ? Pensez-vous que cela évolue ? Le tandem est-il perçu autrement dans d'autres pays à  travers le monde ?

R.L : C'est sûr la discipline reste beaucoup plus confidentielle que d'autres dans le monde du Surf, mais elle progresse tous les ans tant au niveau des pratiquants que du haut niveau. Il y a 4 ans, nous n'avions ni de championnat du monde ISA et encore moins de coupe du monde ITSA. Aucune transparence dans les critères de jugement et encore moins de cohérence internationale. Maintenant, tout le monde du tandem s'appuie sur l'ITSA et même les plus réticents du départ ont adopté son fonctionnement.

Certaines disciplines n'ont pas cette chance. Le bodysurf, par exemple, n'est reconnu par aucune instance internationale et deux nations se disputent le droit de donner le titre. Le bodyboard vient de perdre son titre ISA, le paddleboard n'a pas non plus de coupe du monde, son championnat du monde est tout sauf officiel et la cohésion internationale reste à  faire. En longboard, seule une trentaine de longboardeurs sont qualifiés (sur un mode de sélection très controversé) sur seulement 2 étapes du WLT pour le titre de champion du monde. Et le Stand Up a du mal à  créer ce que l'ITSA a déjà  crée en seulement 2 années. Donc forcément, je ne peux pas regretter une aussi belle organisation que ce que l'ITSA propose. Maintenant, je préfèrerais bien sûr que nos coupes du monde soient sur des vagues plus "à  Tandem" comme Noosa, Guéthary ou Malibu et avec plus de price money bien sûr et de médiatisation, mais pour l'instant nous allons là  où l'énergie et l'argent se trouvent.

Le tandem est très bien perçu en France et partout dans le monde d'ailleurs. Nous dégageons quelque chose à  l'eau que tout le monde respecte. Les Hawaiiens l'ont défini avec le mot ALOHA et partout où nous allons dans le monde surfer en Tandem, nous sommes super bien accueillis. Que ce soit sur les spots les plus réservés aux locaux comme Pipe ou Snapper ou sur des spots plus secrets, le Tandem fait l'unanimité.

S.B : Je trouve juste ça dommage qu'une discipline comme le tandem ne soit pas plus médiatisée, car je suis sûre que ce serait vraiment très apprécié du public. La preuve, compétition ou pas, dès qu'il y a un tandem à  l'eau, les gens applaudissent et sont enchantés par ce sport. Cependant je reste confiante, quand on voit l'ampleur que ça a pris au cours des 5 dernières années gr'ce au travail de Rico, je pense que ça ne peut aller qu'en évoluant. On espère voir plus d'étapes de coupe du monde se créer un peu partout dans le monde et j'espère qu'un jour, je pourrais dire que je fais du tandem sans qu'on me demande si c'est sympa de faire du vélo à  deux...

M-S : Quels sont vos objectifs pour l'an prochain ?

S.B : Les objectifs sont plus ou moins les mêmes chaque année : remporter le plus de titres possible, notamment remporter les championnats du Monde ISA et bien sûr la coupe du monde. Et mon objectif personnel est de reprendre le cirque pour me maintenir en forme et qui sait peut-être apprendre de nouvelles choses à  intégrer dans notre répertoire de portés !!

R.L : Nous remettrons en jeu notre couronne WTT et nous essaierons de faire quelque chose aux ISA. Surtout que cette année, la France s'est portée candidate pour l'organisation de ce championnat du monde en Mai à  Anglet. Ensuite, l'un de mes objectifs personnels est de toujours développer le Tandem en France et les coupes de France sont le meilleur moyen pour ça.

M-S : Et les projets d'évolution du circuit ITSA et des championnats ISA ?

R.L : Les ISA vont tourner maintenant et la France essaie d'organiser l'édition 2010. Pour la coupe du monde ITSA, le Brésil semble intéressé pour organiser une étape et nous espérons que l'Australie inscrira le Noosa festival au programme du WTT 2010. Sinon, plus d'étapes en Californie et à  Hawaii verront le jour et toujours une grosse étape en Floride. Que du bon, mais rien en comparaison du nouveau format et des sommes prévues sur le World Tour ASP 2010...

M-S : Merci encore pour cette superbe saison et félicitations pour ce titre mondial !

Classement final WTT 2009 : 1er avec 5129 points

Sommaire

C'est vraiment un esprit différent des autres disciplines du Surf

La saison mondiale de surf tandem est repartie. Rico Leroy, vice-champion du monde 2008 avec [...]

Gagner le titre chez nous, ce serait vraiment parfait

Vainqueurs de l'étape floridienne du circuit mondial de surf tandem, Rico & Sarah ont repris [...]

Ce n'est pas rien d'être couronnés champions du monde !

Ils l'ont fait ! Rico Leroy et Sarah Burel ont décroché leur premier titre de champion du [...]