»

Confidences : Sean Fanning vu par Mick

Mick et Sean Fanning
Mick et Sean Fanning - Archives perso Mick

Le surfeur Mick Fanning est à  la poursuite d'un second titre mondial à  Hawaii en décembre. Selon lui, une part de son succès et de son talent est due à  son frère aîné qui veille sur lui.

Mon frère aîné Sean est mon inspiration suprême. Sean a été tué dans un accident de voiture en 1998 ; il avait tout juste 20 ans. Depuis qu'il est parti, il est devenu une sorte d'ange gardien pour moi. Quelquefois, c'est comme s'il était là  près de moi, en train de veiller sur moi.

Quand j'étais gosse, je respectais Sean. Il était le frère aîné, mais comme beaucoup de frères, on était toujours en train de se battre. Malgré toutes ces petites chamailleries et bagarres, on était de bons potes et il a toujours fait attention à  moi. Toute notre famille est très proche, mais nous étions les plus jeunes de cinq rejetons, alors on était toujours accroché ensemble. C'est probablement pour cela qu'il y avait un lien si fort entre nous.

Quand Sean est mort, je me suis fait tatouer son nom sur mon bras. J'ai ce tatouage car rien n'est plus important pour moi que la famille. Ils sont une énorme source d'inspiration et ils ont tellement fait pour moi, je voulais toujours conserver cela avec moi, à  chaque instant.

Je me souviens quand on a commencé à  vraiment surfer. J'avais 12 ans et Sean en avait 16, et surfer était la seule chose que nous voulions faire. Finalement, on a persuadé notre mère de déménager sur la Gold Coast.

On avait à  peine emménagé là -bas à  Coolangatta en 1993 que Sean a décroché un contrat de sponsoring avec Quiksilver. Les gars qui sont venus le faire signer nous observaient surfer tous les deux et ils ont demandé à  ma mère qui était le petit à  l'eau, qui surfait avec Sean et puis, ils m'ont proposé un contrat aussi.

Sean était un peu plus 'gé que moi et un surfeur incroyable, alors ça me poussait à  élever mon niveau. Sean et moi, on surfait vraiment différemment. Déjà , il était goofy (avec le pied droit devant) et son approche était beaucoup plus relax que la mienne. Quand j'étais gosse, mon surf était quelquefois un peu brouillon, irrégulier. Sean était calme, posé et j'essayais toujours de reproduire son style.

En plus d'être un super surfeur, Sean était consciencieux et très professionnel. Il mettait tout dans son surf et même avant qu'il ne meurt, j'étais admiratif pour ça. Il avait l'habitude de me réveiller tôt et m'emmenait surfer ; souvent on était les premiers sur la plage et les seuls à  l'eau. Je pense que c'était mon mentor, vraiment. Il m'a appris par exemple à  être sérieux et pro, à  travailler dur pour m'améliorer. Plus tard, on s'est aiguillés l'un l'autre, repoussant chacun nos limites pour être de meilleurs surfeurs. Sean est sans aucun doute l'un de ceux qui font que je suis là  où je suis aujourd'hui. Le perdre m'a définitivement changé. Ca m'a presque brisé à  un moment, c'était terrible. J'ai soudain compris à  quel point la vie pouvait être courte, alors s'il y a quelque chose qu'on veut faire, il vaut mieux y aller. Je crois que cela m'a aussi aidé à  grandir, devenir une meilleure personne et voir les choses comme elles sont. Il y a des moments dans ma vie ou en compétition où les choses pourraient me casser le moral, mais il est plus facile pour moi de prendre du recul et de me dire que j'ai de la chance d'être en vie et de vivre mes rêves.

Quand on était enfants, on avait l'habitude de raconter qu'on ferait le tour ensemble, alors quand il est mort, j'ai eu un désir incroyable de parvenir à  ce rêve pour nous deux.

Le jour où j'ai remporté le titre mondial ASP au Brésil, j'étais bien sûr très ému, mais ce qui a rendu ce moment encore plus marquant, c'était que j'étais à  l'eau avec Joël Parkinson, l'un de mes plus vieux potes qui a grandi avec Sean et moi à  Coolangatta. Quand mon titre a été annoncé, Sean était là  dans mes pensées.

C'était un peu mystique aussi. A chaque fois que j'étais à  l'eau dans une série ce jour-là , il y avait un dauphin qui se baladait autour. A chaque fois que je ramais, il était là . A la fin, c'était un peu comme si je lui parlais et il restait là . C'était bizarre, car d'habitude tu vois un dauphin, il s'approche un peu et il disparait, mais celui-là  est resté là  toute la journée. Et souvent, il y a un banc de dauphins, mais là  il était tout seul tout le temps. Je suis convaincu que c'était Sean.

Sean Fanning
22 avril 1978 - 14 août 1998
Chaque année, une compétition de surf se tient en sa mémoire sur la plage familiale des Fanning


Propos de Mick Fanning recueillis par Huw J. Williams pour The Red Bulletin
Traduction mango-surf.com
Un grand merci à  Red Bull et à  Mick
www.redbullsurfing.com

Emilie Dalibert - Publié le