»

Championnats du Monde de Surf juniors ISA 2013 - Nommé Mignot fait le show !

Nommé Mignot
Nommé Mignot - FFS

Nommé Mignot qui retrouve son surf et le sourire, Kim Véteau qui rate son 2e tour, Nelson Cloarec de retour aux affaires, Joséphine Costes qui trace sa route et Elliot Ivarra qui entame son marathon. Quelle

Le jeune surfeur de Biarritz a fait le show ce mardi en milieu de journée à Playa Jiquiliste. Après sa déception de la veille, battu au tour principal et reversé en repêchages, Nommé Mignot a littéralement explosé le spot avec un total de point de 17,83 et une vague proche de la perfection (9,83 pts).

Il y a des jours sans et il y a des jours comme ce mardi. Nommé Mignot a troqué le masque du garçon rieur voici une heure encore pour celui du compétiteur. Dix secondes après le coup de trompe, il saute sur la première vague et place un roller puissant, deux reentry et un air pour finir. Le ton est donné. « Ça fait du bien d’avoir de belles vagues comme aujourd’hui car je n’ai pas la pression d’en trouver. Mais je ne vais pas m’enflammer, ça vient de commencer. Hier (lundi), j’étais trop prise de tête. Aujourd’hui, je me suis amusé avec les copains et seulement une heure avant je me suis mis dans la compétition. Dès ma première vague je prends 8 points, je ne pouvais pas mieux commencer ! »

Ce mardi, le surfeur biarrot a été jusqu’à la note (presque) parfaite. En fin de série, Nommé s’est amusé, donc, a déchirer la belle gauche jusqu’au bord avec une série de carves et de rollers engagés qui lui ont valu un 9,83 pts. « Il a marqué les esprits, les juges ont vu ce dont il était capable », commentait Yann Martin, un des quatre coachs, à la sortie de l’eau de Mignot.

Kim Véteau promet de vite rebondir

L’équipe de France a bouclé sa troisième journée sur cette belle note qui a redonné le sourire à tout le monde. Elle avait pourtant mal débuté avec la sortie de route inattendue de Kim Véteau. La grande favorite chez les -16 ans filles est passé au travers, cherchant désespérément ses vagues alors que ses adversaires en trouvaient à la pelle. Troisième de sa série du 2e tour, elle n’est pas éliminée mais reversée en repêchages. « C’est rageant mais je me dis que je vais maintenant surfer plus que les autres et m’amuser davantage », rigole-t-elle. Plus sérieusement, la Guadeloupéenne confie avoir « eu du mal à se comprendre avec les coaches sur le placement. Mais ce n’est pas grave, il y a les repêchages, on s’est parlé, on va se caler. Ça va aller mieux. »

Thyssen et Costes tracent leur toute

De son côté Tessa Thyssen, elle, continue son petit bout de chemin. La surfeuse de St Barth’ est au 3e tour après une série où elle a assuré au maximum. Non sans un petit stress. « Il me manquait une vague pour passer, j’ai cru que je ne l’aurais jamais mais finalement elle est arrivée et j’ai eu juste une manœuvre à faire pour me qualifier ! » En -18 ans, la championne d’Europe Joséphine Costes a elle aussi trouver l’ouverture pour le 3e tour. En surfant proprement ses premières vagues puis en usant de la tactique pour empêcher sa rivale néo-zélandaise Jasmine Smith de lui chiper la deuxième place. « C’est aussi ça la compétition, glisse-t-elle. J’ai eu mes des vagues et après je suis allée la marquer. Je n’aimerais pas qu’on me fasse ça mais ça fait partie du jeu… »



Après le sourire de la Landaise, les larmes de la Réunionnaise Marie Troja. La benjamine de l’équipe (15 ans), surclassée en -18, n’a pu s’exprimer dans une série, certes, relevée mais d’où elle sort totalement frustrée. Avec seulement des bouts de vagues et des notes infimes, elle n’a pu démontrer sa technique. «Il va lui falloir vite oublier sa déception et se remettre dedans dès ce mercredi et les repêchages qui commencent pour elle aussi.

La moitié de l’équipe est en repêchages mais…

Les repêchages, c’est l’affaire d’Elliot Ivarra. Le Guadeloupéen, sorti du tableau principal dès le premier jour, les enfilent désormais. Ce mardi, il est passé deux fois et a avancé dans la compétition sans trop se faire de frayeur. Les repêchages, c’est aussi la dernière chance pour nos juniors de continuer à y croire. On le rappelle, le format en double élimination de ces championnats ISA, offre la possibilité de perdre une fois et, donc, d’être versé dans le tableau des repêchages où à chaque tour passé, chaque compétiteur trouvera sur sa route les éliminés du tableau principal. Ce qui donne pas loin du double de séries à faire pour aller jusqu’au bout, à partir du moment où l’on sort du tableau principal.

L’exemple Jérémy Florès

Un champion du monde issus des repêchages, ça c’est déjà vu. A commencer par l’Australien Grant Frost lors des Mondiaux Open de 1992 à Lacanau, qui avait inauguré le format. Plus proche de nous, Jérémy Florès est devenu champion du monde ISA en 2009 après être passé lui aussi par les repêchages.

Comme le N.1 Français au Costa Rica, Nelson Cloarec, Diego Mignot, Elliot Ivarra, Nommé Mignot, Marie Troja et Kim Véteau ont grillé un joker. Espérons que l’histoire s’achèvera d’une aussi belle manière. Et n’oublions que si la moitié de l’équipe de France est en repêchages, l’autre est toujours dans le tableau principal.

FFS - Publié le
Sur le même sujet

Championnats du Monde de Surf juniors ISA 2013 - Ça se complique pour les juniors

Deuxième jour compliqué pour la France aux Mondiaux du Nicaragua. Les juniors ont calé avec [...]

Championnats du Monde de Surf juniors ISA 2013 - Bon début pour le Team France

La France est bien entrée dans ses Mondiaux au Nicaragua. Bien parce qu’elle ai placé 7 de ses [...]

Présentation des Championnats du Monde de Surf juniors ISA 2013

Le Nicaragua accueille cette année les DaKine ISA World Junior Surfing Games, présentés par [...]

Marie Troja dernière qualifiée pour les ISA 2013

La Réunionnaise Marie Troja est la douzième et dernière qualifiée pour les championnats du [...]

Qui a son billet pour les championnats du monde juniors ?

La FFS a validé la sélection pour les championnats du monde juniors ISA au Nicaragua. Une [...]