»

Championnat du Monde Kneeboard 2009

Vague magnifique !
Vague magnifique ! - DR

Après s'être posé sur le tarmac d'Auckland, direction Piha, 40 minutes à  l'ouest, face à  la mer de Tasmanie. Beach break de qualité dans un cadre exceptionnel. 2ème étape, la péninsule de Coromandel, à  l'est, côte pacifique donc, exposée [.

Après s'être posé sur le tarmac d'Auckland, direction Piha, 40 minutes à  l'ouest, face à  la mer de Tasmanie. Beach break de qualité dans un cadre exceptionnel.

2ème étape, la péninsule de Coromandel, à  l'est, côte pacifique donc, exposée à  la fois aux derniers swells cycloniques de nord et aux premières houles de sud en cette période de l'année. Sessions sur le spot de Sailor's Grave puis sur la gauche de Whangamatta Bar, soeur jumelle de l'ibère Rodiles.

Zig-zag pour un retour vers l'ouest et les fameuses gauches de Raglan. Là , du swell mais surtout du vent, onshore malheureusement. Quelques bonnes vagues quand même du côté de The Point ou Manu Bay.

La semaine de balade et d'entraînement s'est conclue dans la magnifique région de Taranaki, dans le sud ouest de l'île du nord, dominée par le majestueux mont Egmont, sorte de Fuji local. Session magnifique à  Fitzroy, le beach break « Hossegorien » de l'agréable ville de New Plymouth, puis à  Stent Road, point break de droites qui n'est pas sans rappeler Lafiténia, en plus creux.

Samedi 11 avril : début des championnats du monde avec parade au son du biniou (cornemuse ?) en centre ville d'Opunake, district sud de Taranaki, puis discours officiels et Haka de bienvenue.

Dimanche 12 : Phase de brassage en Open. Opposé à  un Japonais, un Vénézuelien, un Irlandais et un NZ, je remporte ma série avec un total époustouflant de 10,80 pts dans le beach break pourri d'Opunake (le récif artificiel submergé ne fonctionnant absolument pas).

Lundi 13 : la compétition est déplacée définitivement sur le spot d'Arawhata, reef composé de boulders (gros rochers polis par les vagues). Le podium est installé face à  une droite sorte de mix entre Parlementia et Lafiténia (encore !). 1m50 à  2m, ma série du tour principal Open est programmée avec un certain Simon Farrer, Australien double champion du monde, réalisateur et protagoniste principal des vidéos de kneeboard « Sparow ». Ambiance sympathique à  l'eau, je passe le tour (10,93 pts) en ferraillant dur avec un Néo-zélandais, le fils Novakov (Aus) est distancé, tandis que Farrer nous met tous combo avec 18,40 pts.

Mardi 14 : 1/8èmes de finales catégorie SENIORS (30-39 ans). Je passe le tour face à  un NZ, un Japonais et un Irlandais dans de jolies vagues d'un bon 1,5m.

Mercredi 15 : début du round 2 en Open. Programmé face à  Karl Ward, un Anglais multiple champion de GB très doué, Eric Vill (Aus) et Mike Fernandez (USA). Je surfe bien, sans plus, et suis persuadé de passer vu les vagues des 2 derniers cités. Malheureusement je pêche par manque de longueur de vagues et m'incline de 0,07 pt au profit de l'australien (10,73 c. 10,80 pts). Grosse déception. Je termine mon parcours Open en 25ème position (sur 96 compétiteurs) mais avec plein d'enseignements.

Je me console l'après midi en passant mon 1/4 finale Seniors dans de magnifiques vagues de 2m + offshore avec mon meilleur total, 13 pts.

Jeudi 16 : 1/2 finale Seniors. Série composée de Karl Ward (GB), Barry Baker (USA), vice champion du monde, Mark McLeod (Aus) et moi-même. 1m50 et séries très longues à  rentrer. Je suis content de ma prestation mais finis 4ème de la série, encore juste, vagues moins longues que mes concurrents. Bilan 7ème Senior (sur 24).

Mon expérience s'arrête là , je quitte le site de la compétition pour remonter la côte et profiter de mes 2 derniers jours.

Ces championnats seront finalement remportés par le tenant du titre, l'Australien Gavin Coleman, impressionnant de bout en bout. Simon Farrer, 2ème, signe un retour remarqué à  la compétition.

Organisation et accueil sans faille, plus de 120 concurrents (H et F), vagues consistantes, niveau élevé, cette épreuve fut une totale réussite.

Rendez-vous en 2011 à  Philipp Island en Australie.

Etre licencié, c'est plus de libertés
Source : www.surfingfrance.com

Publié le