»

Championnat du monde junior ISA 2014 - Kim Véteau impressionnante chez les filles !

Kim Veteau
Kim Veteau - FFS

Après deux jours de compétition, l'équipe de France a placé quasiment tous ses surfeurs dans le tableau principal des Mondiaux de Salinas, en Équateur. Les juniors et Kim Véteau chez les filles ont fait forte impression.

Les jours se suivent et se ressemblent presque à Salinas. Après un début en fanfare et un 8 qualifiés sur 8 surfeurs engagés dimanche, le Team France jouait une (petite) partie de son avenir ce lundi. Sur des vagues très difficiles à maîtriser (clapots, longues accalmies…), les Français ont su s'adapter pour tous se qualifier pour le tour suivant (round 2 chez les filles, round 3 chez les garçons). Tous à l'exception du plus jeune, Mathis Crozon (14 ans), malheureux dans une série pourtant à sa portée en U16. Et tandis qu'il ne lui fallait qu'un 2,21 pts pour se qualifier, le Réunionnais a chuté sur sa dernière vague, notée 2,10…

Crozon en repêchages

Avec le format de double élimination employé depuis deux décennies par l'ISA, Crozon n'est heureusement pas éliminé mais versé dans les repêchages. S'il peut encore aller jusqu'au bout, le chemin pour arriver à la finale s'est considérablement rallongé. Il lui faudrait ainsi passer dix séries pour rejoindre la finale au lieu des trois qu'il restent à ceux qui sont encore dans le tour principal !
Les trois autres cadets tricolores sont, eux, tous au troisième tour du tableau principal justement. Ça n'a pas été si simple, notamment pour le Basque Len's Arancibia qui prend la deuxième place de la série 6 avec un petit total (5 pts) mais de l'abnégation pour trouver des vagues lors de l'étale. Mention bien pour Léo-Paul Etienne qui a, lui, trouvé une bombe depuis le large jusqu'au bord, assez mal payée (7,33). Très bien pour Titouan Boyer, vainqueur de son heat.

Les juniors régalent

En U18, nos quatre Français sont toujours dans le tableau principal et ce n'est pas un exploit. Ils ont surfé techniquement et tactiquement au-dessus du lot, pour gagner leur ticket pour le round 3. Et si Diego Mignot et Nelson Cloarec ont fait deuxième, ils ont su se tirer d'une situation compliquée avec des vagues capricieuses et des séries déjà très relevées. Ils ont tous les quatre le niveau pour continuer leur route sans passer par les repêchages que vont désormais connaître des pointures comme Leo Fioravanti (Ita), Josh Moniz (Haw), Dan Glenn (USA) ou encore Fraser Dovell (Aus).

Les féminines assurent

Les filles avaient été averties lors du débriefing dimanche soir : il fallait réussir leur 1er tour comme les garçons l'avaient fait. Contrat rempli avec un 4/4 féminin. Tessa Thyssen s'est fait une belle frayeur en perdant deux fois sa planche durant les 20 minutes de sa série mais prend tout de même la deuxième place qualificative grâce un vague avec un beau roller. Kim Véteau, elle, n'a même pas tremblé : de la patience et deux énormes vagues pour prendre la tête d'une série (presque) trop facile pour son talent. Elle s'est même permise de ne prendre aucun risque avec sa cuisse en délicatesse en préférant ne pas finir certaines manoeuvres. Seule l'Hawaïenne Tatiana Weston-Webb a fait (un tout petit peu) mieux que la Guadeloupéenne avec un total de 14.66 pts. Chez les cadettes, qui faisaient leurs débuts en championnats du monde, Lisa Girardet et Nina Reynal ont prouvé qu'elles avaient leur mot à dire en se qualifiant pour le deuxième tour.

Les "petits pays" font mal

La bonne nouvelle pour la délégation française est que, malgré ces quelques deuxièmes places, nous n'aurons aucune série avec deux Français tant chez les garçons que chez les filles, au troisième jour ce mardi. Le bilan de la journée de lundi est donc très positif pour le camp français. L'équipe n'a "perdu" qu'un élément contrairement aux autres grosses nations comme l'Australie, les Etats-Unis, Hawaii et le Brésil qui ont, déjà, plusieurs surfeurs en repêchages. Ainsi, Hawaii a "lâché" deux surfeurs en repêchages, l'Australie et le Brésil trois et les Etats-Unis quatre !
Ce qui prouve que cette promotion 2014 peut rêver plus grand que ses devancières. Si l'équipe de France peut se féliciter du comportement de ses troupes, elle sait aussi qu'elle doit faire attention. Les grosses cylindrées vont être revanchardes et les "petits" pays sont déroutants, à l'image des Allemands, Uruguayens ou Péruviens qui ont fait mal aux gros ces deux premiers jours.

RÉACTIONS

Titouan Boyer : « Je n'ai pas trop mal surfé même si je n'étais pas à 100%. Je suis content car je me suis mis très vite dans le rythme. J'ai assuré deux bonnes vagues d'entrée et après j'ai pu attendre les bonnes vagues au large. Plus on va avancer, plus ça va être dur et c'est pour ça qu'il vaut mieux rester dans le tableau principal. Mais personne n'est imbattable !

Léo-Paul Etienne : « Les vagues étaient difficiles. Il n'y en avait pas beaucoup. Mais j'en ai eu une bonne en milieu de ma série. Je suis très content de moi. J'étais un peu stressé mais ça a été. »

Kim Véteau : « Les vagues fermaient beaucoup mais on a eu de la chance que ce soit glassy (lisse). J'ai suivi les conseils des coaches, à savoir attendre, être patiente, bien poser mes manoeuvres. Je n'avais pas surfé depuis quatre jours avec ma douleur à la cuisse, et c'est génial de retourner à l'eau. Et en plus je gagne ma série. Je suis super contente d'avoir renoué avec les championnats du monde que j'attendais depuis longtemps. »

FFS - Publié le
Sur le même sujet

Tim Boal finaliste du San Miguel Pro Zarautz

L'étape 6 étoiles de Zarautz s'est terminée dimanche sur la victoire du brésilien Heitor [...]

Championnat du monde junior ISA 2014 - Les Mondiaux sont ouverts !

Pour le quart de l'équipe de France, il s'agissait d'une première : défiler derrière le [...]

Championnat du monde junior ISA 2014 - Coup de show à Salinas

La totalité des 32 nations est désormais présente à Salinas, Equateur, pour les Mondiaux [...]

Le Team France est bien arrivé en Equateur

L'équipe de France est bien arrivée à Salinas, Equateur, où débutent ce dimanche les [...]