»

Billabong Pro Teahupoo : Jérémy Florès met K.O le King au 4ème tour !

Jeremy bleu blanc rouge
Jeremy bleu blanc rouge - www.aspworldtour.com

Le jeune réunionnais Jérémy Florès a réussi l'exploit de battre le King Kelly Slater au 4ème tour du WCT Tahiti. Il rejoint Parko, Irons, Fanning et Lopez en quarts de finale.

Dimanche 13 mai 2007, 17 séries sont programmées pour la journée. Il reste 9 heats du 3ème tour à  boucler et le chef juge ASP Dave Shipley espère envoyer les 8 séries du 4ème tour. Une belle bataille s'annonce pour les places en 1/4 de finale.

Dès le début de la matinée, les grosses pointures du surf mondial sont très attendues. Slater ouvre les hostilités dans des vagues de 3-4 pieds, plus consistantes que la veille. Le rookie Gabe Kling ne parvient pas à  dominer le champion du monde en titre. Il repart de Tahiti avec une 17ème place. Dans la série suivante, Fanning se qualifie sans surprise pour le round 4, tout comme Chris Ward, Bernardo Miranda, Bede Durbidge et Kai Otton un peu plus tard.

Dans le heat 12, Luke Stedman va créer la sensation de ce début de journée en éliminant le tenant du titre et rookie 2006 Bobby Martinez. Sa puissance et sa sélection de vagues vont faire la différence. Avec une vague à  9,33 et un total de 16,66, il sort l'un des favoris d l'étape... Peu après, Taj se défait aisément du brésilien Victor Ribas et reste dans la course pour le 1er rang mondial avec Fanning. Enfin, Cory Lopez montre que son talent à  Teahupoo reste intact. Avec son art du tube et ses manoeuvres radicales, le floridien se place en bonne position pour la suite du contest. Taylor Knox a quant à  lui complètement raté sa série. Il totalise le mini score de 1,84 pts !

Ca y est, on connaît à  présent la liste des qualifiés pour le 4ème tour, ainsi que l'adversaire de Jérémy Florès. Ce n'est autre que Kelly Slater, on s'y attendait un peu... Série compliquée pour le rookie français. Mais justement... impossible n'est pas français. C'est le King qui va en faire les frais dans la 4ème série.

Florès a toujours très bien surfé contre le maître Slater et cette fois-ci, ça va enfin payer. Jérémy prend la tête durant la 2ème moitié du heat. Au coup de sirène final, c'est l'élève qui l'emporte face au maître. Le frenchy a pris seulement trois vagues pour scorer un total de 13,57 pts. Slater en a surfé cinq mais - fait assez rare pour être souligné - il les a plutôt mal choisies et ne totalise que 10,87 pts au terme des 35 minutes du heat.

Jérémy exulte dans son short aux couleurs bleu blanc rouge, tout comme tous les supporters connectés sur le live de l'ASP, malgré l'heure tardive en métropole ! « C'est un rêve qui devient réalité, battre le meilleur surfeur du monde ! » s'exclame Mimi. « J'ai toujours bien surfé contre Slater, mais il a toujours mieux surfé que moi. Je crois qu'aujourd'hui, j'ai été un peu plus intelligent dans ma sélection de vagues. J'ai su être patient et j'ai attendu les plus petites vagues. C'est ce qui a fait la différence ». Pour son premier quart de finale dans une compétition du circuit WCT, Jérémy rencontrera Damien Hobgood, tombeur d'Adrian Buchan au 4ème tour. Beau choc en perspective à  Teahupoo !

L'autre gros clash de dimanche après midi aura lieu un peu plus tard dans la 7ème série. Cory Lopez est en forme et Taj Burrow l'a bien compris. Le heat est le plus relevé de la semaine. Taj a bien entamé la série, mais Lopez prend un barrel de folie et repasse devant. A la fin de la série, 0,16 pt seulement séparent les surfeurs, à  l'avantage de Cory (17,66 contre 17,50). En quart, le floridien va rencontrer Kai Otton, qui a réussi à  passer de justesse face au n°3 mondial Bede Durbidge dans la dernière série de la journée.

Les autres quarts seront également très relevés puisque Parko est toujours là  et sera opposé à  Andy Irons. Très beau duel en perspective ! Mick Fanning tentera de creuser l'écart en battant Luke Stedman, mais rien n'est encore joué...

Dès 7h00 demain matin, les séries seront annoncées à  Teahupoo. RDV à  partir de 19h00 heure française sur le live pour être derrière notre Mimi national.

Emilie Dalibert - Publié le