» »

Rico Leroy et Sarah Burel : la passion du surf tandem

Rico et Sarah
Rico et Sarah - tandem-attitude.com

Champions de France, champions d'Europe, vice champions du monde WTT... Rico et Sarah surfent ensemble sur la vague du succès et participent activement à  la reconnaissance de cette discipline magique.

Mango-Surf : Salut à  vous deux ! Est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Rico Leroy : Rico Leroy, 34 ans, Tandem surfer professionnel. Je vis à  Lacanau en couple avec un enfant.

Sarah Burel : Sarah Burel, 18 ans, étudiante. Je vis également à  Lacanau.

M-S : D'où vous vient cette passion pour le Surf Tandem ?

R.L : Par hasard pour initier au début. Puis l'envie de partager cette sensation de surfer sur les vagues tout en faisant des portés acrobatiques. Et finalement, l'envie de se confronter aux meilleurs mondiaux.

S.B : J'ai fait du cirque en école pendant 12 ans et parallèlement, je faisais du surf, donc je ne pouvais pas trouver mieux que les deux réunis...

M-S : A quand remonte votre rencontre ?

R.L : On s'est rencontré en 2000 avec Sarah mais à  l'époque, elle était trop légère pour être ma partenaire. En 2003, elle est devenue ma partenaire officielle.

S.B : J'étais très amie avec l'ancienne partenaire de Rico, nous avons donc fait connaissance par son biais. L'une des premières sessions s'est déroulée à  Guéthary, vagues magnifiques et temps de rêve.

M-S : Une fois le duo formé, vous avez enchaîné les compétitions et les victoires...

R.L : On a commencé directement par gagner le championnat de France et le Biarritz Surf Festival (Championnat du monde à  l'époque). Dernièrement, nous avons été couronnés Champions d'Europe.

M-S : Quelle est la compétition qui vous a laissé les plus beaux souvenirs ?

R.L : Le premier championnat du monde officiel ITSA/ISA l'année dernière fut l'une des plus belles épreuves organisées puisque c'était la première fois que notre discipline était reconnue par une instance internationale et que tous les meilleurs couples du monde entier étaient présents. Dommage pour nous, une erreur de chrono dans notre demi finale nous empêche de nous exprimer en finale.

S.B : L'ambiance des coupes de France est vraiment bonne. Tout le monde s'entend et chaque départ en coupe de France est un régal. Au niveau international, les premiers championnats du monde nous laissent évidemment un beau souvenir, puisque c'était la première fois que nous étions autant de couples à  concourir et en plus l'ambiance était vraiment conviviale.

M-S : Rico, tu es à  l'origine de l'International Tandem Surfing Association (ITSA), peux-tu nous en dire un peu plus sur la création de cette instance ?

R.L : Je suis effectivement à  l'origine de l'ITSA avec un ami hawaiien, Bear Woznick. En fait, je suis reparti de ma première compétition internationale avec un sentiment très négatif quant aux critères de jugement et à  l'organisation. Si le tandem veut sortir de l'anonymat, il se doit d'être PRO dans tous les domaines. C'est avant tout pour promouvoir notre sport que l'ITSA a été créée. Nous avons eu le premier championnat du monde officiel de l'histoire de ce sport l'année dernière.

M-S : Et depuis cette saison, un véritable circuit mondial de tandem est apparu : le WTT...

R.L : Effectivement, cette année une coupe du monde (World Tandem Tour) en 5 épreuves a vu le jour. L'année 2008 devrait voir la venue d'un nouveau système type WQS pour augmenter le nombre de compétitions WTT et augmenter les prices money des finalistes.

M-S : Le WTT vient d'ailleurs de s'achever le week-end dernier avec le Rip Curl Girls Festival de Santander. Comment avez-vous vécu cette compétition ?

R.L : Ce fut l'une des meilleures compétitions jamais organisées depuis que nous pratiquons ce sport et ce malgré notre 4ème place. L'esprit que dégageait tous les couples durant toute la semaine était simplement incroyable. Le Tandem sort vraiment grandi d'événements comme celui là  et le fait que des grosses marques comme Rip Curl commencent à  s'intéresser à  notre discipline nous donne confiance pour l'avenir.

S.B : Cette compétition fait aussi partie des compétitions mémorables. Bien que nous étions tous là  dans le but de remporter le titre, il n'y avait aucun stress, tous les couples s'entendaient très bien. Même une fois dans l'eau, il n'y avait pas d'esprit de compétition.

M-S : Avec cette 4ème place, vous terminez vice champion du monde WTT ! Plutôt contents ou plutôt déçus ?

R.L : Plutôt déçu dans un premier temps de ne pas avoir pu stopper Kalani & Blanche vers le titre, mais finalement content d'être tout de même 2ème mondial. Avec en plus la satisfaction d'avoir marqué des points auprès d'une grande marque et l'importance que l'ITSA commence à  prendre dans l'organisation d'événements de ce type.

S.B : Frustrée plus que déçue. Nous avons eu une finale plutôt pauvre en vagues ce qui ne nous a pas permis de donner le meilleur de nous même. Cela dit, vice champion du monde, ce n'est pas si mal. Et Blanche et Kalani méritaient cette place de premier !

M-S : C'est finalement les hawaiiens Kalani Vierra et Blanche Yoshida qui ont été couronnés champions du monde WTT. Belle perf' pour Blanche qui signe son grand retour 40 ans après son premier titre ! Je crois savoir que tu as quelque chose à  voir dans tout ça...

R.L : J'ai rencontré Blanche l'année dernière au championnat du monde ISA lors d'un banquet où j'avais distribué des photos de tandem à  tous les couples. Ne pouvant pas lui en donner une par faute d'exemplaire, je me suis fais pardonner en l'emmenant le lendemain en Tandem. Je lui ai proposé de s'inscrire en Master avec moi et on finit 3ème alors qu'on ne se connaissait que depuis 24h ! Je suis retourné à  Hawaii cet hiver et elle m'a présenté son nouveau partenaire, Kalani. Je lui ai montré toutes les astuces que je connaissais sur les techniques de porté à  la française et maintenant je me bats contre eux pour avoir le titre. Si j'avais su, je crois que je leur en aurais dis moins !!

M-S : Au-delà  de la compétition, que vous apporte le surf tandem ?

R.L : Le fait de partager cette sensation, de glisser à  deux sur une vague est vraiment unique et je crois que ce sport est le seul à  pouvoir le faire. Mes sensations restent presque identiques à  celles du surf traditionnel mais je pense que Sarah a dû voir des choses que pratiquement personne n'arrivera jamais à  voir.

S.B : Ca nous permet de vivre des choses incroyables, de voyager énormément mais surtout de pouvoir partager tous ces moments exquis à  deux.

M-S : S'il ne devait rester qu'un porté, lequel serait-il ?

R.L : Ce serait certainement le « one arm back », c'est le porté le plus représentatif du Tandem et celui avec lequel j'arrive autant à  surfer du petit que du très gros à  Hawaii ou du creux à  Lacanau.

S.B : A l'heure actuelle, je dirais le « accro » parce que je suis la seule à  savoir le faire dans l'eau... Mais pour faire plaisir à  Rico, je vais répondre le « pieds-main » car personne ne le fait à  l'eau donc nous serions tous obligés de bosser comme des malades pour le réussir...

M-S : Et s'il ne devait rester qu'une vague ?

R.L : Lacanau sans hésiter parce que c'est ici que j'ai ma famille, mes amis et qu'en plus quand les bancs de sable sont incroyables, ça peut tourner au World Class.

S.B : Une vague sur Moorea pour ses paysages idylliques, une à  Hawaii pour la vitesse et la puissance, une en Australie pour la longueur, une en France pour tout ce que ça implique... Est-ce que ça fait une vague ça ?!

M-S : Des projets à  court ou moyen terme ?

R.L : Repartir à  Hawaii s'entraîner, reprendre la route des coupes du monde, développer encore et toujours l'ITSA et surtout s'amuser le plus possible le plus longtemps possible.

S.B : Finir mes études au plus vite afin de pouvoir voyager un maximum, et à  court terme, remporter les championnats de France !

M-S : Si vous avez quelque chose à  ajouter : let's go !

R.L : Merci à  tous nos sponsors sans qui rien de tout cela n'aurait était possible (Rip Curl, UWL, FCS, LSC, C4). Merci à  ma famille de me supporter même quand je pars loin et longtemps en compète. Et finalement merci à  Sarah d'être aussi forte.

S.B : Juste des remerciements. Tout d'abord à  mon partenaire, pour toute l'énergie et le temps qu'il met afin de pouvoir développer le tandem et en faire profiter à  tout le monde, et à  toutes les personnes qui ont contribué à  ce développement et qui nous ont aidés : UWL, Rip Curl, le Lacanau Surf Club.

Propos recueillis par mango-surf.com - PubliŽé le