» »

Eric Terrien - « J'ai progressé cet hiver ! »

Eric Terrien
Eric Terrien - FFS

Le N.1 français lance sa saison au Brésil avec la première manche des world series, le Alogoas Pro Grand Slam à Maceio. Eric Terrien affirme avoir réalisé des progrès au cours d'un hiver de préparation intensive aux Canaries. Confidences.

FFS : Après de longues semaines de préparation, tu vas enfin débuter ta saison. As-tu vraiment hâte d'enfiler le lycra ?

Eric Terrien : Cet hiver, j'ai pu profiter d'une longue période sans compétition, ce qui m'a permis, dans un premier temps, de reposer corps et esprit, puis de faire une bonne préparation. Depuis le début du mois de mars, ça commence à vraiment me démanger de reprendre la compétition. Ma motivation est au top.

FFS : Qu'as-tu fait ces dernières semaines ?

E.T. : J'ai augmenté le nombre d'entrainements spécifiques en race (course), avec des séances longues. Mais aussi des entrainements de plus en plus spécifiques tels que les départs, les passages de bouée ou ma vitesse de pointe.

FFS : Comment te sens-tu avant de partir en Amérique du Sud ?

E.T. : Je me sens fort aussi bien physiquement que techniquement. J'ai progressé au cours de cet hiver. Je suis près pour commencer la saison.

FFS : Avec quel modèle de planche vas-tu naviguer cette saison ?

E.T. : Je serai principalement sur la 12'6 Bic SUP World Series, qui est une nouvelle planche. Nous avons travaillé avec Patrice Remoiville pour qu'elle soit parfaitement adaptée aux formats de course que l'on rencontre sur le tour mondial. Pour la pagaie, nous avons developpé un nouveau modèle avec Select et Stephane Gourichon : la Ocean Pro, que j'ai pu tester tout l'hiver et qui vient d'être validée. Ce modèle est aussi parfaitement adapté aux formats de course des World Series. Enfin, je serai également équipé de mon pro modèle d'aileron FCS et pour les boardshorts, néoprène et autres vêtements, je continue ma collaboration avec Rip Curl qui a, au sein de sa gamme, de très bons produits pour le SUP.

FFS : A quoi t'attends-tu au Brésil ?

E.T. : Avec les événements de la Waterman League, il y a très souvent des changements de dernière minute. On peut donc vraiment s'attendre à tout ! Ce sera mon premier voyage au Brésil. A mon avis, on devrait avoir des vagues sur l'épreuve de race. J'espère qu'on en aura pour pimenter la course ! Mon meilleur résultat sur une World Series est ma victoire en France sur La Torche Pro 2012 (Bretagne).

FFS : Après plusieurs mois de repos, tu vas enchaîner deux étapes puisqu'après Alagoas, il y aura Abu Dhabi (17-19 avril) puis les Mondiaux du Nicaragua avec l'équipe de France (3-11 mai). Comment vas-tu "gérer" ?

E.T. : Ça va être dur. Mais ça fait parti du jeu. Il faudra serrer les dents et essayer de récupérer un maximum d'énergie entre les compétitions et les voyages.

FFS : T'es-tu renseigné sur ce qu'on fait les autres concurrents des World Series et dans quel état de forme ils vont arriver sur le tour ?

E.T. : J'ai suivi un peu leur actualité mais il est impossible de savoir exactement où en est chacun de mes adversaires au niveau de la préparation, de la motivation et de l'état de forme.

FFS : Où te situes-tu dans la hiérarchie mondiale à l'aube de la saison ?

E.T. : Comme je le disais précédemment, j'ai progressé cet hiver. Mais je ne suis pas le seul à avoir travaillé dur. Je suis impatient de voir où je me situe. Je me retiens de faire des pronostics.

FFS : Et à quel rang souhaiterais-tu finir la saison ?

E.T. : Quand j'aurai répondu à la réponse précédente je répondrai plus concrètement à celle-ci… Disons simplement que je suis ambitieux, et que j'espère atteindre mes objecitfs.

FFS : Quel est ton avis sur les restrictions annoncées par la Supaa ? Cela va-t-il accélérer ou ralentir le développement du Stand Up Paddle ?

E.T. : Les restrictions telles qu'elles ont été annoncées n'auront pas un gros impact sur la pratique. Mais, selon moi, l'idée est bonne sur le fond. Je salue notamment les limites de poids. Elles sont suffisamment basses pour avoir des planches hyper performantes sans rentrer dans la tentation de faire des planches sur lesquelles on tire tellement sur le poids qu'elles tombent en morceaux à peine sorties de l'atelier. Si les shapeurs et les fabriquants peuvent se concentrer sur la solidité et la durabilité d'une planche plutôt que sur la légèreté à tout prix, tout le monde y gagne.

* World Series : tour mondial de Stand Up Paddle dans la catégorie race (course), sous l'égide de la Waterman League, laquelle gère également le World Tour qui concerne le surf dans les vagues. Six étapes sont au calendrier 2014 : Alagoas (Brésil), Abu Dhabi (EAU), Fehmarn (Allemagne), Chicago (USA), Huntington beach (USA) et Turtle bay (Hawaii). Plus d'informations sur : www.watermanleague.com

Bio express

Né en 1981, à Argenteuil, Eric Terrien apprend le bodyboard puis la planche à voile à La Réunion où il séjourne de 1988 à 1992. De retour en France, en Loire-Atlantique, il se met au surf tout en continuant le windsurf. A 19 ans, il découvre les Canaries où il effectue un premier séjour de quatre années. Puis part vivre deux ans en Australie. C'est là-bas, à Perth, qu'il s'initie au Stand Up Paddle après avoir découvert ce sport lors d'un trip de trois mois à Hawaii. Il s'installe définitivement aux Canaries, au nord de l'île de Fuerteventura, en 2009. Professionnel du Sup, il est membre de l'équipe de France depuis 2012.

Palmarès

Vainqueur de +60 compétitions internationales depuis 2009
Médaille de bronze des championnats du monde ISA 2012
N.4 mondial World Series 2012
N.9 mondial World Series 2013
N.1 européen EuroSupa 2010, 2011 et 2012
Champion de France de 2010 à 2013
Vainqueur de la Torche Pro 2012
Vainqueur de la Paris Sup crossing en 2010, 2011 et 2012
5e de la Molokaï-Oahu en 2011 et 2012

FFS - PubliŽé le